Recettes de cocktails, spiritueux et bars locaux

Eric Ripert présente le menu dégustation végétarien au Bernardin

Eric Ripert présente le menu dégustation végétarien au Bernardin


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Le Bernardin est connu pour ses fruits de mer, mais un nouveau menu est parfait pour les végétariens

Le chef Eric Ripert vous propose un menu dégustation végétarien au Bernardin.

Le Bernardin, le restaurant new-yorkais triplement étoilé du chef Eric Ripert, est surtout connu pour ses fruits de mer, mais il est sur le point de proposer un nouveau menu dégustation, et pour la première fois, les huit plats du menu seront entièrement végétariens.

Selon le New York Times, Eric Ripert dit que les clients du Bernardin demandent depuis un certain temps un menu dégustation végétarien et qu'il considère le menu centré sur les légumes comme un défi artistique.

"Je reçois souvent une douzaine de demandes par semaine pour une dégustation de légumes", a-t-il déclaré au Times' Florence Fabricant. "J'aime l'idée d'un menu qui rend hommage au légume, même si c'est un défi créatif."

À l'instar du menu dégustation Le Bernardin axé sur les fruits de mer qui était déjà disponible, le nouveau menu dégustation végétarien comprendra six plats salés et deux desserts. Certains des plats du menu végétarien comprennent des tagliatelles aux truffes noires et des aubergines servies avec des cèpes. Le menu dégustation végétarien est à 185 $ par personne, hors accords mets-vins, soit le même prix que le menu dégustation régulier Le Bernardin. C'est la première fois que Le Bernardin propose un menu dégustation végétarien, et les repas à base de légumes sont l'une de nos prédictions pour les grandes tendances alimentaires de 2018.


Partager Toutes les options de partage pour : Une nonne bouddhiste fabrique-t-elle la nourriture « la plus exquise » du monde ?

Racine de lotus marinée, trompette de mer et radis blanc, préparé par la nonne bouddhiste zen Jeong Kwan. Jackie Nickerson

Une femme avec un arsenal végétalien d'ingrédients, un public limité et aucune formation culinaire professionnelle est-elle l'un des meilleurs chefs du monde ? C'est la question que pose l'auteur Jeff Gordinier dans un profil de la nonne bouddhiste zen Jeong Kwan, présenté le numéro de cette semaine de Magazine T. Kwan vit et cuisine dans un monastère isolé à plusieurs heures de Séoul, appliquant des traditions culinaires bouddhistes vieilles de plusieurs siècles, notamment la fermentation, la déshydratation, la recherche de nourriture et la saisonnalité dans une relative obscurité. Pourtant, ses techniques et son approche de la cuisine ont attiré l'attention de grands chefs occidentaux tels qu'Eric Ripert et René Redzepi.

Ripert lui-même a présenté des écrivains sur la gastronomie et les voyages, y compris Mangeur Hillary Dixler, à la cuisine du temple de Kwan lors d'une dégustation privée au Bernardin en février dernier. Ses plats sont conçus pour être nourrissants, temporaires et non « irrésistibles ». Ils combinent souvent « ce qui est fraîchement cueilli avec ce qui est patiemment funkifié » et sont notamment absents de l'oignon et de l'ail, ingrédients qui selon certains bouddhistes stimulent la libido. L'auteur écrit :

Selon Gordinier, Kwan a commencé son voyage culinaire lorsqu'elle a rejoint l'ordre Zen à 19 ans et s'est rendu compte que la meilleure façon pour elle de partager sa philosophie bouddhiste était de "communiquer avec les êtres sensibles par le biais de la nourriture". Au monastère, elle passe ses journées à cultiver un jardin et à se rapprocher de sa nourriture afin de produire les meilleures saveurs. "Laissez la nature s'en occuper", dit-elle.

Jeong Kwan réside à l'ermitage Chunjinam du temple Baekyangsa, à plusieurs heures au sud de Séoul. [Toutes les photos : Jackie Nickerson/Magazine T]


Partager Toutes les options de partage pour : Une nonne bouddhiste fabrique-t-elle la nourriture « la plus exquise » du monde ?

Racine de lotus marinée, trompette de mer et radis blanc, préparé par la nonne bouddhiste zen Jeong Kwan. Jackie Nickerson

Une femme avec un arsenal végétalien d'ingrédients, un public limité et aucune formation culinaire professionnelle est-elle l'un des meilleurs chefs du monde ? C'est la question que pose l'auteur Jeff Gordinier dans un profil de la nonne bouddhiste zen Jeong Kwan, présenté le numéro de cette semaine de Magazine T. Kwan vit et cuisine dans un monastère isolé à plusieurs heures de Séoul, appliquant des traditions culinaires bouddhistes vieilles de plusieurs siècles, notamment la fermentation, la déshydratation, la recherche de nourriture et la saisonnalité dans une relative obscurité. Pourtant, ses techniques et son approche de la cuisine ont attiré l'attention d'éminents chefs occidentaux tels qu'Eric Ripert et René Redzepi.

Ripert lui-même a présenté des écrivains sur la gastronomie et les voyages, y compris Mangeur Hillary Dixler, à la cuisine du temple de Kwan lors d'une dégustation privée au Bernardin en février dernier. Ses plats sont conçus pour être nourrissants, temporaires et non « irrésistibles ». Ils combinent souvent « ce qui est fraîchement cueilli avec ce qui est patiemment funkifié » et sont notamment absents de l'oignon et de l'ail, ingrédients qui selon certains bouddhistes stimulent la libido. L'auteur écrit :

Selon Gordinier, Kwan a commencé son voyage culinaire lorsqu'elle a rejoint l'ordre Zen à 19 ans et a réalisé que la meilleure façon pour elle de partager sa philosophie bouddhiste était de "communiquer avec les êtres sensibles par le biais de la nourriture". Au monastère, elle passe ses journées à cultiver un jardin et à se rapprocher de sa nourriture afin de produire les meilleures saveurs. "Laissez la nature s'en occuper", dit-elle.

Jeong Kwan réside à l'ermitage Chunjinam du temple Baekyangsa, à plusieurs heures au sud de Séoul. [Toutes les photos : Jackie Nickerson/Magazine T]


Partager Toutes les options de partage pour : Une nonne bouddhiste fabrique-t-elle la nourriture « la plus exquise » du monde ?

Racine de lotus marinée, trompette de mer et radis blanc, préparé par la nonne bouddhiste zen Jeong Kwan. Jackie Nickerson

Une femme avec un arsenal végétalien d'ingrédients, un public limité et aucune formation culinaire professionnelle est-elle l'un des meilleurs chefs du monde ? C'est la question que pose l'auteur Jeff Gordinier dans un profil de la nonne bouddhiste zen Jeong Kwan, présenté le numéro de cette semaine de Magazine T. Kwan vit et cuisine dans un monastère isolé à plusieurs heures de Séoul, appliquant des traditions culinaires bouddhistes vieilles de plusieurs siècles, notamment la fermentation, la déshydratation, la recherche de nourriture et la saisonnalité dans une relative obscurité. Pourtant, ses techniques et son approche de la cuisine ont attiré l'attention d'éminents chefs occidentaux tels qu'Eric Ripert et René Redzepi.

Ripert lui-même a présenté des écrivains sur la gastronomie et les voyages, y compris Mangeur Hillary Dixler, à la cuisine du temple de Kwan lors d'une dégustation privée au Bernardin en février dernier. Ses plats sont conçus pour être nourrissants, temporaires et non « irrésistibles ». Ils combinent souvent « ce qui est fraîchement cueilli avec ce qui est patiemment funkifié » et sont notamment absents de l'oignon et de l'ail, ingrédients qui selon certains bouddhistes stimulent la libido. L'auteur écrit :

Selon Gordinier, Kwan a commencé son voyage culinaire lorsqu'elle a rejoint l'ordre Zen à 19 ans et a réalisé que la meilleure façon pour elle de partager sa philosophie bouddhiste était de "communiquer avec les êtres sensibles par le biais de la nourriture". Au monastère, elle passe ses journées à cultiver un jardin et à se rapprocher de sa nourriture afin de produire les meilleures saveurs. "Laissez la nature s'en occuper", dit-elle.

Jeong Kwan réside à l'ermitage Chunjinam du temple Baekyangsa, à plusieurs heures au sud de Séoul. [Toutes les photos : Jackie Nickerson/Magazine T]


Partager Toutes les options de partage pour : Une nonne bouddhiste fabrique-t-elle la nourriture « la plus exquise » du monde ?

Racine de lotus marinée, trompette de mer et radis blanc, préparé par la nonne bouddhiste zen Jeong Kwan. Jackie Nickerson

Une femme avec un arsenal végétalien d'ingrédients, un public limité et aucune formation culinaire professionnelle est-elle l'un des meilleurs chefs du monde ? C'est la question que pose l'auteur Jeff Gordinier dans un profil de la nonne bouddhiste zen Jeong Kwan, présenté le numéro de cette semaine de Magazine T. Kwan vit et cuisine dans un monastère isolé à plusieurs heures de Séoul, appliquant des traditions culinaires bouddhistes vieilles de plusieurs siècles, notamment la fermentation, la déshydratation, la recherche de nourriture et la saisonnalité dans une relative obscurité. Pourtant, ses techniques et son approche de la cuisine ont attiré l'attention de grands chefs occidentaux tels qu'Eric Ripert et René Redzepi.

Ripert lui-même a présenté des écrivains sur la gastronomie et les voyages, y compris Mangeur Hillary Dixler, à la cuisine du temple de Kwan lors d'une dégustation privée au Bernardin en février dernier. Ses plats sont conçus pour être nourrissants, temporaires et non « irrésistibles ». Ils combinent souvent « ce qui est fraîchement cueilli avec ce qui est patiemment funkifié » et sont notamment absents de l'oignon et de l'ail, ingrédients qui selon certains bouddhistes stimulent la libido. L'auteur écrit :

Selon Gordinier, Kwan a commencé son voyage culinaire lorsqu'elle a rejoint l'ordre Zen à 19 ans et s'est rendu compte que la meilleure façon pour elle de partager sa philosophie bouddhiste était de "communiquer avec les êtres sensibles par le biais de la nourriture". Au monastère, elle passe ses journées à cultiver un jardin et à se rapprocher de sa nourriture afin de produire les meilleures saveurs. "Laissez la nature s'en occuper", dit-elle.

Jeong Kwan réside à l'ermitage Chunjinam du temple Baekyangsa, à plusieurs heures au sud de Séoul. [Toutes les photos : Jackie Nickerson/Magazine T]


Partager Toutes les options de partage pour : Une nonne bouddhiste fabrique-t-elle la nourriture « la plus exquise » du monde ?

Racine de lotus marinée, trompette de mer et radis blanc, préparé par la nonne bouddhiste zen Jeong Kwan. Jackie Nickerson

Une femme avec un arsenal végétalien d'ingrédients, un public limité et aucune formation culinaire professionnelle est-elle l'un des meilleurs chefs du monde ? C'est la question que pose l'auteur Jeff Gordinier dans un profil de la nonne bouddhiste zen Jeong Kwan, présenté le numéro de cette semaine de Magazine T. Kwan vit et cuisine dans un monastère isolé à plusieurs heures de Séoul, appliquant des traditions culinaires bouddhistes vieilles de plusieurs siècles, notamment la fermentation, la déshydratation, la recherche de nourriture et la saisonnalité dans une relative obscurité. Pourtant, ses techniques et son approche de la cuisine ont attiré l'attention d'éminents chefs occidentaux tels qu'Eric Ripert et René Redzepi.

Ripert lui-même a présenté des écrivains sur la gastronomie et les voyages, y compris Mangeur Hillary Dixler, à la cuisine du temple de Kwan lors d'une dégustation privée au Bernardin en février dernier. Ses plats sont conçus pour être nourrissants, temporaires et non « irrésistibles ». Ils combinent souvent « ce qui est fraîchement cueilli avec ce qui est patiemment funkifié » et sont notamment absents de l'oignon et de l'ail, ingrédients qui selon certains bouddhistes stimulent la libido. L'auteur écrit :

Selon Gordinier, Kwan a commencé son voyage culinaire lorsqu'elle a rejoint l'ordre Zen à 19 ans et s'est rendu compte que la meilleure façon pour elle de partager sa philosophie bouddhiste était de "communiquer avec les êtres sensibles par le biais de la nourriture". Au monastère, elle passe ses journées à cultiver un jardin et à se rapprocher de sa nourriture afin de produire les meilleures saveurs. "Laissez la nature s'en occuper", dit-elle.

Jeong Kwan réside à l'ermitage Chunjinam du temple Baekyangsa, à plusieurs heures au sud de Séoul. [Toutes les photos : Jackie Nickerson/Magazine T]


Partager Toutes les options de partage pour : Une nonne bouddhiste fabrique-t-elle la nourriture « la plus exquise » du monde ?

Racine de lotus marinée, trompette de mer et radis blanc, préparé par la nonne bouddhiste zen Jeong Kwan. Jackie Nickerson

Une femme avec un arsenal végétalien d'ingrédients, un public limité et aucune formation culinaire professionnelle est-elle l'un des meilleurs chefs du monde ? C'est la question que pose l'auteur Jeff Gordinier dans un profil de la nonne bouddhiste zen Jeong Kwan, présenté le numéro de cette semaine de Magazine T. Kwan vit et cuisine dans un monastère isolé à plusieurs heures de Séoul, appliquant des traditions culinaires bouddhistes vieilles de plusieurs siècles, notamment la fermentation, la déshydratation, la recherche de nourriture et la saisonnalité dans une relative obscurité. Pourtant, ses techniques et son approche de la cuisine ont attiré l'attention d'éminents chefs occidentaux tels qu'Eric Ripert et René Redzepi.

Ripert lui-même a présenté des écrivains sur la gastronomie et les voyages, y compris Mangeur Hillary Dixler, à la cuisine du temple de Kwan lors d'une dégustation privée au Bernardin en février dernier. Ses plats sont conçus pour être nourrissants, temporaires et non « irrésistibles ». Ils combinent souvent « ce qui est fraîchement cueilli avec ce qui est patiemment funkifié » et sont notamment absents de l'oignon et de l'ail, ingrédients qui selon certains bouddhistes stimulent la libido. L'auteur écrit :

Selon Gordinier, Kwan a commencé son voyage culinaire lorsqu'elle a rejoint l'ordre Zen à 19 ans et s'est rendu compte que la meilleure façon pour elle de partager sa philosophie bouddhiste était de "communiquer avec les êtres sensibles par le biais de la nourriture". Au monastère, elle passe ses journées à cultiver un jardin et à se rapprocher de sa nourriture afin de produire les meilleures saveurs. "Laissez la nature s'en occuper", dit-elle.

Jeong Kwan réside à l'ermitage Chunjinam du temple Baekyangsa, à plusieurs heures au sud de Séoul. [Toutes les photos : Jackie Nickerson/Magazine T]


Partager Toutes les options de partage pour : Une nonne bouddhiste fabrique-t-elle la nourriture « la plus exquise » du monde ?

Racine de lotus marinée, trompette de mer et radis blanc, préparé par la nonne bouddhiste zen Jeong Kwan. Jackie Nickerson

Une femme avec un arsenal végétalien d'ingrédients, un public limité et aucune formation culinaire professionnelle est-elle l'un des meilleurs chefs du monde ? C'est la question que pose l'auteur Jeff Gordinier dans un profil de la nonne bouddhiste zen Jeong Kwan, présenté le numéro de cette semaine de Magazine T. Kwan vit et cuisine dans un monastère isolé à plusieurs heures de Séoul, appliquant des traditions culinaires bouddhistes vieilles de plusieurs siècles, notamment la fermentation, la déshydratation, la recherche de nourriture et la saisonnalité dans une relative obscurité. Pourtant, ses techniques et son approche de la cuisine ont attiré l'attention d'éminents chefs occidentaux tels qu'Eric Ripert et René Redzepi.

Ripert lui-même a présenté des écrivains sur la gastronomie et les voyages, y compris Mangeur Hillary Dixler, à la cuisine du temple de Kwan lors d'une dégustation privée au Bernardin en février dernier. Ses plats sont conçus pour être nourrissants, temporaires et non « irrésistibles ». Ils combinent souvent « ce qui est fraîchement cueilli avec ce qui est patiemment funkifié » et sont notamment absents de l'oignon et de l'ail, ingrédients qui selon certains bouddhistes stimulent la libido. L'auteur écrit :

Selon Gordinier, Kwan a commencé son voyage culinaire lorsqu'elle a rejoint l'ordre Zen à 19 ans et s'est rendu compte que la meilleure façon pour elle de partager sa philosophie bouddhiste était de "communiquer avec les êtres sensibles par le biais de la nourriture". Au monastère, elle passe ses journées à cultiver un jardin et à se rapprocher de sa nourriture afin de produire les meilleures saveurs. "Laissez la nature s'en occuper", dit-elle.

Jeong Kwan réside à l'ermitage Chunjinam du temple Baekyangsa, à plusieurs heures au sud de Séoul. [Toutes les photos : Jackie Nickerson/Magazine T]


Partager Toutes les options de partage pour : Une nonne bouddhiste fabrique-t-elle la nourriture « la plus exquise » du monde ?

Racine de lotus marinée, trompette de mer et radis blanc, préparé par la nonne bouddhiste zen Jeong Kwan. Jackie Nickerson

Une femme avec un arsenal végétalien d'ingrédients, un public limité et aucune formation culinaire professionnelle est-elle l'un des meilleurs chefs du monde ? C'est la question que pose l'auteur Jeff Gordinier dans un profil de la nonne bouddhiste zen Jeong Kwan, présenté le numéro de cette semaine de Magazine T. Kwan vit et cuisine dans un monastère isolé à plusieurs heures de Séoul, appliquant des traditions culinaires bouddhistes vieilles de plusieurs siècles, notamment la fermentation, la déshydratation, la recherche de nourriture et la saisonnalité dans une relative obscurité. Pourtant, ses techniques et son approche de la cuisine ont attiré l'attention d'éminents chefs occidentaux tels qu'Eric Ripert et René Redzepi.

Ripert lui-même a présenté des écrivains sur la gastronomie et les voyages, y compris Mangeur Hillary Dixler, à la cuisine du temple de Kwan lors d'une dégustation privée au Bernardin en février dernier. Ses plats sont conçus pour être nourrissants, temporaires et non « irrésistibles ». Ils combinent souvent « ce qui est fraîchement cueilli avec ce qui est patiemment funkifié » et sont notamment absents de l'oignon et de l'ail, ingrédients qui selon certains bouddhistes stimulent la libido. L'auteur écrit :

Selon Gordinier, Kwan a commencé son voyage culinaire lorsqu'elle a rejoint l'ordre Zen à 19 ans et s'est rendu compte que la meilleure façon pour elle de partager sa philosophie bouddhiste était de "communiquer avec les êtres sensibles par le biais de la nourriture". Au monastère, elle passe ses journées à cultiver un jardin et à se rapprocher de sa nourriture afin de produire les meilleures saveurs. "Laissez la nature s'en occuper", dit-elle.

Jeong Kwan réside à l'ermitage Chunjinam du temple Baekyangsa, à plusieurs heures au sud de Séoul. [Toutes les photos : Jackie Nickerson/Magazine T]


Partager Toutes les options de partage pour : Une nonne bouddhiste fabrique-t-elle la nourriture « la plus exquise » du monde ?

Racine de lotus marinée, trompette de mer et radis blanc, préparé par la nonne bouddhiste zen Jeong Kwan. Jackie Nickerson

Une femme avec un arsenal végétalien d'ingrédients, un public limité et aucune formation culinaire professionnelle est-elle l'un des meilleurs chefs du monde ? C'est la question que pose l'auteur Jeff Gordinier dans un profil de la nonne bouddhiste zen Jeong Kwan, présenté le numéro de cette semaine de Magazine T. Kwan vit et cuisine dans un monastère isolé à plusieurs heures de Séoul, appliquant des traditions culinaires bouddhistes vieilles de plusieurs siècles, notamment la fermentation, la déshydratation, la recherche de nourriture et la saisonnalité dans une relative obscurité. Pourtant, ses techniques et son approche de la cuisine ont attiré l'attention d'éminents chefs occidentaux tels qu'Eric Ripert et René Redzepi.

Ripert lui-même a présenté des écrivains sur la gastronomie et les voyages, y compris Mangeur Hillary Dixler, à la cuisine du temple de Kwan lors d'une dégustation privée au Bernardin en février dernier. Ses plats sont conçus pour être nourrissants, temporaires et non « irrésistibles ». Ils combinent souvent « ce qui est fraîchement cueilli avec ce qui est patiemment funkifié » et sont notamment absents de l'oignon et de l'ail, ingrédients qui selon certains bouddhistes stimulent la libido. L'auteur écrit :

Selon Gordinier, Kwan a commencé son voyage culinaire lorsqu'elle a rejoint l'ordre Zen à 19 ans et s'est rendu compte que la meilleure façon pour elle de partager sa philosophie bouddhiste était de "communiquer avec les êtres sensibles par le biais de la nourriture". Au monastère, elle passe ses journées à cultiver un jardin et à se rapprocher de sa nourriture afin de produire les meilleures saveurs. "Laissez la nature s'en occuper", dit-elle.

Jeong Kwan réside à l'ermitage Chunjinam du temple Baekyangsa, à plusieurs heures au sud de Séoul. [Toutes les photos : Jackie Nickerson/Magazine T]


Partager Toutes les options de partage pour : Une nonne bouddhiste fabrique-t-elle la nourriture « la plus exquise » du monde ?

Racine de lotus marinée, trompette de mer et radis blanc, préparé par la nonne bouddhiste zen Jeong Kwan. Jackie Nickerson

Une femme avec un arsenal végétalien d'ingrédients, un public limité et aucune formation culinaire professionnelle est-elle l'un des meilleurs chefs du monde ? C'est la question que pose l'auteur Jeff Gordinier dans un profil de la nonne bouddhiste zen Jeong Kwan, présenté le numéro de cette semaine de Magazine T. Kwan vit et cuisine dans un monastère isolé à plusieurs heures de Séoul, appliquant des traditions culinaires bouddhistes vieilles de plusieurs siècles, notamment la fermentation, la déshydratation, la recherche de nourriture et la saisonnalité dans une relative obscurité. Pourtant, ses techniques et son approche de la cuisine ont attiré l'attention d'éminents chefs occidentaux tels qu'Eric Ripert et René Redzepi.

Ripert lui-même a présenté des écrivains sur la gastronomie et les voyages, y compris Mangeur Hillary Dixler, à la cuisine du temple de Kwan lors d'une dégustation privée au Bernardin en février dernier. Ses plats sont conçus pour être nourrissants, temporaires et non « irrésistibles ». Ils combinent souvent « ce qui est fraîchement cueilli avec ce qui est patiemment funkifié » et sont notamment absents de l'oignon et de l'ail, ingrédients qui selon certains bouddhistes stimulent la libido. L'auteur écrit :

Selon Gordinier, Kwan a commencé son voyage culinaire lorsqu'elle a rejoint l'ordre Zen à 19 ans et s'est rendu compte que la meilleure façon pour elle de partager sa philosophie bouddhiste était de "communiquer avec les êtres sensibles par le biais de la nourriture". Au monastère, elle passe ses journées à cultiver un jardin et à se rapprocher de sa nourriture afin de produire les meilleures saveurs. "Laissez la nature s'en occuper", dit-elle.

Jeong Kwan réside à l'ermitage Chunjinam du temple Baekyangsa, à plusieurs heures au sud de Séoul. [Toutes les photos : Jackie Nickerson/Magazine T]


Voir la vidéo: Parmesan Zucchini with Balsamic - GET TOASTED with Eric Ripert - Reserve Channel (Juin 2022).


Commentaires:

  1. Burford

    le moment drôle

  2. Donogb

    Exactement! J'aime ta pensée. Je vous invite à réparer le thème.

  3. Clayborne

    Pouvez-vous combler le vide?

  4. Johfrit

    Il est plutôt reconnaissant pour l'aide dans cette question, puis-je, moi aussi, je peux vous aider quelque chose ?



Écrire un message