Recettes de cocktails, spiritueux et bars locaux

11 choses que vous ne saviez pas sur Ben & Jerry's (diaporama)

11 choses que vous ne saviez pas sur Ben & Jerry's (diaporama)



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Il n'a pas été facile de devenir l'une des entreprises les plus appréciées au monde

Shutterstock.com

Saviez-vous que la crème glacée n'était pas ce que Ben et Jerry avaient prévu de vendre lorsqu'ils ont commencé? Et que les morceaux sont là pour une raison vraiment intéressante ?

11 choses que vous ne saviez pas sur Ben & Jerry's

Shutterstock.com

Saviez-vous que la crème glacée n'était pas ce que Ben et Jerry avaient prévu de vendre lorsqu'ils ont commencé ? Et que les morceaux sont là pour une raison vraiment intéressante ?

La crème glacée n'était pas leur premier choix

Étant originaires de New York, la première impulsion de Cohen et Greenfield a été d'ouvrir un magasin de bagels. L'équipement nécessaire était trop cher, cependant, ils ont opté pour moins-glace chère au lieu.

Ils ont appris à faire de la crème glacée à partir d'un cours par correspondance

Le duo a reçu toute la formation dont il avait besoin grâce à un cours par correspondance à 5 $ de État de Pennsylvanie.

Ils se sont installés à Burlington pour une raison logique

Pour savoir où ouvrir leur glacier, ils avaient deux critères. Un, ça devait être un ville universitaire, et deuxièmement, il ne devait pas y avoir de magasin de crème glacée préexistant là-bas. Après avoir fait quelques recherches, ils se sont installés à Burlington, VT, qui n'avait pas de magasin de crème glacée et était le siège de l'Université du Vermont. La seule chose qui s'y oppose ? Les hivers étaient rudes. Ils ont pris un risque, cependant, et cela a payé.

Le premier emplacement était une station-service rénovée

Avec un investissement de 12 000 $ (4 000 $ empruntés), ils ont ouvert leur premier magasin dans une station-service rénovée à Burlington. Le premier hiver a été si brutal qu'une fois le printemps arrivé, ils a fêté son anniversaire en donnant à tous ceux qui ont visité un scoop gratuit, une tradition qui est toujours en pratique aujourd'hui.

Les morceaux sont là pour une raison intéressante

Cohen a ce qu'on appelle l'anosmie, ce qui signifie que son odorat est presque inexistant. Cela a également gravement affecté son sens du goût, donc pour lui, tout était question de texture. Cette sensation en bouche super crémeuse et l'ajout de tous ces morceaux satisfaisants? Ce sont des indicateurs qui ont dit à Ben qu'ils étaient sur la bonne voie.

Ils se sont livrés à un grand combat avec Häagen-Dazs

Lors de la grande expansion de l'entreprise dans les années 1980, la concurrence Häagen-Dazs (propriété de Pillsbury) voulait limiter la distribution de Ben & Jerry's dans la région de Boston. Non seulement Ben & Jerry's a poursuivi en justice, mais ils ont également lancé une grande campagne de marketing nationale, demandant « De quoi a peur Doughboy ? », entraînant une grande publicité pour Ben & Jerry's et un cauchemar de relations publiques pour Haagen dazs, qui a perdu l'affaire.

Leurs brownies aident les moins fortunés

Depuis 1982, les brownies utilisés dans leurs saveurs Chocolate Fudge Brownie et Half Baked proviennent de Greyston Bakery, une entreprise sociale basée à Yonkers, qui emploie toutes les personnes qui postulent pour un emploi, sans poser de questions. Il a aidé des centaines de personnes confrontées à des obstacles au chômage se remettre sur pied, offrant emploi et formation à 181 personnes rien qu'en 2012.

Ils appartiennent à Unilever

En 2000, l'entreprise a été vendue au géant agroalimentaire multinational Unilever, qui a adopté une approche plus ou moins non interventionniste. Greenfield et Cohen ont pu prendre leur retraite et ne sont plus impliqués dans l'entreprise à titre officiel, mais ils sont toujours des habitués du siège social de Burlington.

Il y a un « Cimetière des saveurs »

Si vous visitez l'usine du Vermont, assurez-vous de visiter le Cimetière des saveurs, où des dizaines de saveurs ont été « enterrées » au fil des ans, avec des pierres tombales et des épitaphes pleines d'esprit.

Ils ne sont pas sans controverse

Cohen et Greenfield ont toujours été ouverts à propos de leur politique de gauche, qui les a parfois mis dans l'eau chaude avec des groupes conservateurs. Ils se sont alignés sur une campagne pro-récif en Australie et ont offensé certaines personnes lorsqu'ils ont sorti une saveur "Black and Tan", ont inclus des morceaux de biscuits de fortune dans sa saveur "Taste the Lin-Sanity" et ont publié un "Schweddy Balls ” saveur, une pièce sur celle d'Alec Baldwin Saturday Night Live caractère qui a offensé certains groupes de valeurs familiales.

Ils sont extrêmement soucieux de la société et de l'environnement

Ben & Jerry's a peut-être un grand sens de l'humour, mais ils prennent leur produit extrêmement au sérieux. Mis à part Greyston, ils soutiennent l'étiquetage obligatoire des OGM, ils s'approvisionnent de manière responsable en ingrédients et suivent des pratiques de commerce équitable, utilisent une production et des emballages verts, et dans l'ensemble, ils sont l'une des entreprises les plus responsables de la planète.


12 choses que vous ne saviez jamais sur Ben & amp Jerry's

Je suis sûr que nous nous souvenons tous de ces étés longs et chauds lorsque nous étions enfants et que tout ce que nous voulions faire était d'obtenir un cornet de crème glacée et d'essayer de le manger avant que tout ne fonde dans nos mains. Grâce aux saveurs amusantes de Ben & Jerry et aux Free Cone Days, nos aventures de crème glacée étaient encore plus douces. Découvrez ces faits qui vous feront crier pour une glace.

1. Ben Cohen et Jerry Greenfield étaient des amis d'enfance

Photo reproduite avec l'aimable autorisation de onelifesuccess.net

Ben et Jerry sont nés à seulement quatre jours d'intervalle en 1951 à Brooklyn, New York. Ils sont devenus meilleurs amis en 7e année et ont grandi ensemble en aimant la crème glacée.

2. Ben a abandonné ses études pour enseigner la poterie

Photo reproduite avec l'aimable autorisation d'alchetron.com

Après avoir fréquenté différents collèges, Ben Cohen a abandonné pour enseigner la poterie dans une ferme. C'est aussi à ce moment-là qu'il a commencé à s'intéresser à la fabrication de crème glacée.

3. Jerry voulait aller à la faculté de médecine

Photo gracieuseté de denverpost.com

Jerry a fréquenté l'Oberlin College et a travaillé comme technicien de laboratoire après avoir obtenu son diplôme. Il voulait aller à l'école de médecine mais n'a pas eu de chance d'être accepté.

4. Ben et Jerry ont failli lancer une entreprise de bagels

Photo publiée avec l'aimable autorisation de pinterest.com

C'est vrai, c'était presque Ben & amp Jerry's Bagels. Après l'université, Ben et Jerry ont décidé qu'ils voulaient démarrer une entreprise alimentaire ensemble et leur premier choix était les bagels. Cependant, ils ont vite découvert que ce serait trop cher pour eux et ils ont opté pour la crème glacée.

5. Ils ont suivi un cours de crème glacée à 5 $

Photo reproduite avec l'aimable autorisation de boston.com

Ensemble, ils ont suivi un cours de fabrication de crème glacée à 5 $ à Penn State dans les années 1970.

6. Ils ont acheté une vieille station-service pour leur premier magasin

Photo reproduite avec l'aimable autorisation de pinterest.com

Ils ont acheté une ancienne station-service à Burlington, Vermont, et l'ont convertie en leur première magasin de crème glacée. Le magasin a ouvert ses portes en 1978.

7. Le premier Free Cone Day a eu lieu en 1979

Photo gracieuseté de benjerry.com

En 1979, Ben & Jerry's a tenu le premier Journée du cône gratuit pour célébrer le premier anniversaire de leur magasin.

8. La crème glacée Ben & Jerry's a été utilisée pour le plus grand sundae

Photo publiée avec l'aimable autorisation de pinterest.com

En 1983, la crème glacée Ben & Jerry's a été utilisée pour créer le plus grand sundae de crème glacée au monde à St. Albans, Vermont. Le sundae pesait 27 102 livres.

9. Ronald Reagan aimait aussi Ben & amp Jerry's

Photo reproduite avec l'aimable autorisation d'unilever.com

Le président Ronald Reagan a qualifié Ben et Jerry de personnalités américaines des petites entreprises de l'année en 1988. À la fin de l'année, ils avaient des magasins dans 18 États.

10. Ben et Jerry ont fait un film

Photo reproduite avec l'aimable autorisation de wnyc.org

Ils ont réalisé un documentaire, Citizen Cool, sur les personnes qui ont un impact sur leur communauté. Ils ont même créé une nouvelle saveur de crème glacée pour accompagner la nouvelle version, Concession Obsession.

11. Il y a un cimetière pour les saveurs de crème glacée qui ne sont plus utilisées

Photo gracieuseté de benjerry.com

Il y a un cimetière à l'extérieur de l'usine Ben and Jerry's dans le Vermont qui a une pierre tombale pour chaque saveur de crème glacée à la retraite ou ratée. C'est un cimetière pour lequel je n'hésiterais pas à faire des cauchemars. Découvrez quelle saveur à la retraite vous êtes en répondant à ce quiz.

12. Ben et Jerry ont été arrêtés en 2016

Photo gracieuseté de benjerry.com

En avril 2016, Ben et Jerry ont été arrêtés lors de la manifestation de Democracy Awakening près du Capitole des États-Unis. Découvrez leur histoire ici.


9 choses que vous ne saviez pas sur Ben & amp Jerry's

En ajoutant votre e-mail, vous acceptez de recevoir des mises à jour sur Spoon University Healthier

1. Ben soutient l'idée d'une saveur infusée à l'herbe (là où c'est légal.)

Dans une interview avec HuffPost Live, Ben a admis que la crème glacée au cannabis avait du sens pour lui. « Combinez vos plaisirs », dit-il.

2. Ils ont fait pression pour le mariage homosexuel dans le Vermont.

Photo gracieuseté de benjerry.com

Ils ont même changé le nom de leur saveur "Chubby Hubby" en "Hubby Hubby" pendant une journée.

3. Ils ont fait un dessert d'Alaska cuit au four de 90 livres pour protester contre le forage pétrolier en Alaska.

Photo publiée avec l'aimable autorisation de National Geographic

Sous le mantra "Ne faites pas cuire l'Alaska", Ben & amp Jerry's a servi le dessert sur la pelouse du Capitole des États-Unis en 2005 après que la Chambre des représentants a adopté un projet de loi autorisant le forage dans l'Arctic National Wildlife Refuge.

4. Ils ont déposé une plainte contre Haagen-Dazs après avoir tenté de limiter la distribution des produits Ben & amp Jerry's.

Photo reproduite avec l'aimable autorisation de brandforbreakfast.com

Le procès a été intenté contre Pillsbury, la société mère de Haagen-Dazs, en 1984, donnant naissance au célèbre "What's the Doughboy Afraid Of?" campagne.

5. Si vous êtes assez célèbre, ils pourraient transformer votre nom en un jeu de mots et créer une saveur pour vous.

Photo gracieuseté de benjerry.com

La liste des célébrités avec leurs propres saveurs comprend : Willie Nelson, Elton John, Ron Burgandy, Dave Matthews Band, le casting de Monty Python, Jimmy Fallon, Phish, un personnage qu'Alec Baldwin joue sur SNL, Stephen Colbert, le président Obama, Jerry Garcia , la snowboardeuse olympique Hannah Teter, John Lennon et Napoleon Dynamite

6. Ils ont un cimetière pour les saveurs qui ont été abandonnées.

C'est ce qu'on appelle le cimetière des saveurs, et il regorge de pierres tombales pour les « chèrement dépouillés ».

7. Ils se soucient de l'environnement.

Photo reproduite avec l'aimable autorisation de businesswire.com

Le 1er avril, Ben & Jerry's a lancé sa tournée "Save Our Swirled". La tournée vise à sensibiliser aux effets de la pollution par le carbone et aux solutions pour l'énergie propre.

8. Ils ont une machine aux Pays-Bas qui transforme les sous-produits de crème glacée en énergie.

Photo gracieuseté de benjerry.com

La machine, appelée Chunkinator, contient des milliards de micro-organismes qui transforment les déchets en biogaz, qui alimente ensuite l'usine.


D'accord. La glace n'a pas volé. Mais la montgolfière l'a fait. Il mesurait 10 étages, soit à peu près la taille de 11,7 millions de boules de Cherry Garcia dans un cornet gaufré.

Voilà! Dix choses que vous ne saviez peut-être pas, que vous savez maintenant et que vous n'oublierez jamais. Avez-vous vos propres histoires amusantes sur Ben & amp Jerry? Partagez-les avec nous dans les commentaires ci-dessous!


11 bonnes choses à savoir sur Ben & amp Jerry's

Au fil des ans, la crème glacée Ben and Jerry's a alimenté d'innombrables fêtes d'anniversaire, soirées pyjama, pique-niques et pratiquement toutes les activités estivales. Mais la marque emblématique derrière les pintes punny comme Cherry Garcia et Karamel Sutra a plus à offrir que des scoops. Voici ce que vous devez savoir sur Ben, Jerry et les boutiques de scoop dans le monde entier.

Transcription vidéo

Messages doux pour la fête des pères pour le père de vos enfants

Faites-lui savoir à quel point vous l'admirez en tant que père.

Vous aimez les barres KIND ? La marque vient de lancer une gamme de glaces végétaliennes tout aussi délicieuses

Dans notre livre, l'été est synonyme de saison des glaces. Nous en avons envie sous toutes ses formes glorieuses, que ce soit.

Un dPlacez un sac sur le rétroviseur de votre voiture lorsque vous voyagez

Brilliant Car Cleaning Hacks Les concessionnaires locaux aimeraient que vous ne le sachiez pas

9 meilleurs bacs à litière pour chats pour plus de plaisir

Certains d'entre eux sont même déguisés en meubles !

Joey King crie son petit ami Steven Piet dans une douce publication Instagram pour son anniversaire

Joyeux anniversaire à ma chérie. Je t'aime au-delà."

Ben Affleck semble avoir relancé un accessoire de ses premiers jours à Bennifer

Il l'a éclaté pour sa sortie à Miami avec Jennifer Lopez.

5 choses que vous devriez toujours rechercher lors de vos achats vintage

Alors que, oui, faire du shopping dans vos repaires préférés comme Ikea et Anthropologie peut être réconfortant, vous n'avez pas vécu jusqu'à ce que vous ayez parcouru un magasin vintage ou un marché aux puces, seulement pour trouver une pièce unique en son genre que vous ' Je n'ai jamais eu la chance d'aller chercher ailleurs. De plus, l'achat de chaises dépareillées crée un look amusant.


15 choses que vous ne savez peut-être pas sur Ben & Jerry's

Vous savez quelle saveur de crème glacée Ben & Jerry's est votre préférée, et si vous préférez la manger dans un bol ou tout droit sortie de la pinte. Mais il y a probablement beaucoup de choses que vous ignorez sur la société qui a fait de Cherry Garcia et Chunky Monkey des noms familiers. Voici 15 choses que vous ne savez peut-être pas sur Ben & Jerry's.

1. L'ENTREPRISE A ÉTÉ LANCÉE AVEC UN COURS DE 5 $ PAR CORRESPONDANCE.

Compte tenu de la popularité des produits Ben & Jerry's dans le monde, il est difficile de croire que les co-fondateurs Ben Cohen et Jerry Greenfield ont démarré l'entreprise en dépensant à peine 5 $ pour un cours par correspondance sur la fabrication de crème glacée à Penn State. À partir de là, ils ont mis en commun 8 000 $ – et emprunté 4 000 $ de plus – pour ouvrir leur premier magasin de crème glacée, dans une station-service rénovée à Burlington, dans le Vermont.

2. LE CO-FONDATEUR BEN COHEN N'A PAS LE SENS DE L'ODEUR.

Ben Cohen et Jerry Greenfield Jamie McCarthy/Getty Images pour Ben & amp Jerry's

Cohen - le "Ben" dans Ben & Jerry's - souffre d'anosmie, ce qui signifie qu'il n'a presque aucun sens de l'odorat. C'est pour cette raison que les saveurs de Ben & Jerry's sont si riches. S'il ne pouvait pas goûter une recette, il ajouterait simplement plus d'arôme.

3. LES EMPLOYÉS OBTENENT UNE AFFAIRE DE PINTE.

Travailler au siège social de Ben & Jerry's à South Burlington, le Vermont a ses avantages, comme une allocation à emporter de trois pintes de crème glacée par jour ! Heureusement, le bureau dispose également d'une salle de sport entièrement équipée. Ils ont également un instructeur de yoga et un massothérapeute occasionnel. (Pas étonnant qu'ils aient également besoin d'une salle de sieste.)

4. LA PLUPART DES SAVEURS COMMENCENT PAR LA MÊME BASE.

Jamie McCarthy/Getty Images pour Ben & amp Jerry's

La base de la plupart des saveurs de Ben & Jerry's est la même : un mélange de lait, de crème, de sucre liquide, de jaunes d'œufs et d'eau. Mais il existe quelques variantes qui ont différents niveaux de graisse et de sucre. Le choix par lequel commencer dépend de ce qui va être ajouté. Si une recette demande quelque chose de riche en matières grasses, comme du beurre de cacahuète, elle commence avec une base plus faible en matières grasses. "Si vous êtes à un niveau de graisse trop élevé, une fois que vous le congelez, vous allez vous retrouver avec du béton qui ne sortira pas de la machine", a déclaré l'ancien gourou des saveurs Kirsten Schimoler à Mental Floss. "S'ils ajoutent quelque chose de sucré, comme du caramel, ils en utilisent un avec moins de sucre."

5. IL PEUT PRENDRE PLUS D'UN AN POUR DÉVELOPPER UNE NOUVELLE SAVEUR.

Bien qu'il puisse sembler que de nouvelles saveurs de Ben & Jerry's apparaissent tout le temps dans le congélateur de votre épicerie locale, chaque nouvelle saveur passe par un processus rigoureux avant d'être lancée au public. Selon l'un des Flavour Gurus de l'entreprise, le cycle de développement moyen d'une nouvelle pinte est d'environ 12 à 14 mois.

6. SCHWEDDY BALLS, PAR CONTRE, A ÉTÉ DÉVELOPPÉ EN UN TEMPS RECORD.

Alors qu'en général, cela peut prendre un an ou plus pour qu'une nouvelle saveur Ben & Jerry's passe du concept aux congélateurs d'épicerie, Schweddy Balls, une saveur inspirée du classique d'Alec Baldwin. Saturday Night Live sketch de vacances—ont été commercialisés en un temps record de quatre mois lors de sa sortie pour la saison des vacances 2011. Malheureusement, la saveur - crème glacée à la vanille avec un peu de rhum et des boules de rhum et de malt recouvertes de fudge - a depuis été retirée.

7. VOUS POUVEZ RENDRE HOMMAGE À VOS SAVEURS PRÉFÉRÉES CHER CHEZ BEN & JERRY'S FLAVOR CIMETIÈRE.

Ben & amp Jerry's Homemade, Inc.

En parlant de saveurs abandonnées: les vrais passionnés de la marque bien-aimée B&J peuvent visiter le cimetière des saveurs de la société dans leur usine de Waterbury, dans le Vermont. Oui, c'est un véritable cimetière où des dizaines de saveurs aujourd'hui abandonnées, qu'ils appellent les "cherrement dépouillés", ont leurs propres pierres tombales avec des épitaphes astucieuses. Sugar Plum's, par exemple, déclare que: "Ça tournait dans nos têtes, ça dansait dans nos rêves, mais ça s'est avéré ne pas être la meilleure des glaces."

8. LE CIMETIÈRE DES SAVEURS A UN COUPLE DE ZOMBIES.

Ce n'est pas parce qu'une saveur est morte et enterrée dans le cimetière des saveurs qu'elle ne peut pas revenir à la vie. Après une décennie de fortes ventes, Ben & Jerry's a dû à contrecœur prendre sa retraite White Russian en 1996, mais pas parce qu'il n'était pas populaire. Le coût de l'arôme de type Kahlua utilisé dans sa production est devenu trop prohibitif. Mais les clients ont parlé et White Russian a finalement été ressuscité, mais uniquement dans les Scoop Shops (désolé les clients des épiceries).

9. PARFOIS LE NOM DICTE LA SAVEUR.

Ben & amp Jerry's Homemade, Inc.

Cela n'arrive pas souvent, mais à quelques occasions, la société a proposé un nouveau nom de saveur avant de développer la saveur elle-même. C'est ce qui s'est passé avec le yogourt glacé grec Liz Lemon, basé sur celui de Tina Fey 30 Rocher personnage. "Ils savaient qu'ils voulaient faire une saveur Liz Lemon mais ne savaient pas ce qu'ils voulaient que ce soit", a déclaré Schimoler. "Nous avons examiné tellement de saveurs de citron différentes."

10. CHAQUE ANNÉE, LES GOUROUS DES SAVEURS FONT UN PÈLERINAGE DANS UNE VILLE ALIMENTAIRE AVANT-GARDISTE.

Afin de garder une longueur d'avance sur la courbe des saveurs, ils passeront 12 heures par jour à déguster des offres de restaurants de tous types, atteignant jusqu'à 10 places par jour. L'inspiration pour le yogourt glacé grec Liz Lemon susmentionné? Un cocktail myrtille-lavande à San Francisco.

11. LES CLIENTS JOUENT UN RLE VITAL DANS LE DÉCISION DES NOUVELLES SAVEURS.

Ben & amp Jerry's Homemade, Inc.

Chaque année, l'entreprise reçoit environ 13 000 suggestions de nouvelles saveurs de la part de dévoreurs de pintes bien-aimés du monde entier. L'équipe examine chaque soumission pour examen et recherche des thèmes récurrents ou des suggestions de saveurs, qui peuvent être inestimables pour développer de nouvelles pintes dignes d'envie. Certaines des saveurs les plus emblématiques de l'entreprise sont nées des commentaires des clients, notamment Cherry Garcia, suggérée par deux Deadheads de Portland, dans le Maine. La saveur a passé plus d'une décennie au sommet de la liste des saveurs préférées.

12. TOUTES LES SAVEURS NE PEUVENT PAS ÊTRE TROUVÉES DANS VOTRE ÉPICERIE LOCALE.

Toutes les saveurs de la crème glacée Ben & Jerry's ne sont pas disponibles dans une pinte ou ne sont pas disponibles dans votre épicerie locale. L'entreprise crée régulièrement des arômes exclusivement pour un seul détaillant ou spécifiques à un emplacement géographique (le Canada, par exemple, a If I Had 1,000,000 Flavours, une crème glacée multi-arômes que l'entreprise a créée en collaboration avec Barenaked Ladies). Les Scoop Shops proposent également des saveurs exclusives, comme le Maccha Made in Heaven (crème glacée au thé vert Maccha avec des noix de pécan caramélisées), qui est populaire à Tokyo.

13. IL Y A UN INGRÉDIENT QUI N'EN FAIT JAMAIS UNE PINTE.

Bien que le bacon fasse partie des articles les plus demandés par les clients pour l'équipe Ben & Jerry's, il ne se retrouvera pas dans une pinte près de chez vous. La raison? Les plantes de Ben & Jerry's sont casher.

14. LA CRÈME GLACÉE AU KALE N'ARRIVERA PAS NON PLUS.

La société a une longue liste de vendeurs réguliers pour des choses comme le chocolat et le caramel, mais il y a une liste encore plus longue de colporteurs de collations qui espèrent vendre leurs ingrédients dans une pinte de crème glacée, y compris un partisan très persistant des chips de chou frisé. Bien que l'équipe de R&D ait tenté d'implémenter l'ingrédient sain dans un lot de crème glacée, les gourous de la saveur n'imaginent pas que ce serait un vendeur chaud, notant que, "Personne ne veut s'asseoir avec une pinte de Kale Ben & Jerry's."

15. BEN & JERRY'S VIENT ÉGALEMENT SOUS FORME DE BIÈRE.

Nouveau brassage belge

Pour les amateurs de crème glacée qui préfèrent engloutir les choses sucrées, Ben & Jerry's a régulièrement collaboré avec New Belgium Brewing du Colorado pour créer des bières qui reproduisent les délicieuses saveurs de la crème glacée. Le partenariat a débuté en 2015 avec une Brownie Brownie au caramel salé, et l'automne dernier, ils ont proposé une Chocolate Chip Cookie Dough Ale.


La crème glacée Halo Top vient d'être vendue mieux que Ben & Jerry's et Häagen-Dazs

Halo Top, la sensation de crème glacée hypocalorique, a officiellement dépassé les plus grandes marques de crème glacée du marché : Ben & Jerry's et Häagen-Dazs. L'un ou l'autre des deux prétendants crémeux classiques a occupé la première place sur les listes de vente pendant des années – et n'a même jamais cillé devant les nouveaux concurrents givrés et sucrés.

Jusqu'à ce que la crème glacée devienne diététique et délicieux, et le monde a basculé.

La crème glacée riche en protéines est de la partie. Le dessert gourmand est de sortie. Pour seulement 240-360 calories par pinte, les consommateurs peuvent se gaver de crème sucrée et de boules sucrées sans subir aucune des conséquences écoeurantes de boire une pinte de crème glacée normale.

Et ils en sont devenus fous. Dès que Halo Top a été découvert dans les allées des congélateurs, les ventes ont explosé. "La marque a connu une augmentation de 2 500 % de ses ventes l'année dernière et est sur la bonne voie pour une autre année record", a déclaré Halo Top dans son communiqué de presse.

Bien entendu, le produit n'est pas goût la même chose que les vrais trucs. Ce n'est pas aussi riche, ce n'est pas aussi épais, et beaucoup rapportent une texture et une saveur décalées qu'ils ne pouvaient pas dépasser. "C'est comme du lait glacé, sauf qu'il est encore plus dense et plus feuilleté", a déclaré un critique de Walmart.

Mais les opposants sont l'exception noyée. L'adoration pour la crème glacée Halo Top est écrasante, saturant les conversations Internet et les allées de congélation dans tout le pays.

"Je suis impressionné par cette glace, elle n'a pas du tout le goût d'un régime !" dit un autre.

Un étudiant a même été inspiré à ne manger que des pintes pendant une semaine entière.

Les fans fous ne passent pas inaperçus. « La raison pour laquelle nous avons pris la première place est simple : nous avons des fans incroyables », a déclaré le PDG et fondateur Justin Woolverton. "Nous leur sommes éternellement reconnaissants de nous avoir même permis d'exister, et encore moins de prospérer."

Et ils prospéreront. Nous entendons dire que leurs sorciers de fabrication de crème ont des choses passionnantes en préparation – nous écouterons donc attentivement les futures nouvelles. En attendant, nous serons juste ici à nous gaver de scoop après scoop divin.


Les fondateurs de Ben & Jerry's sont totalement à terre avec la crème glacée à l'herbe quand c'est légal

La réputation de Ben & Jerry's en tant qu'entreprise de crème glacée originale n'est pas un secret, et chacune de leurs saveurs est loin d'être normale. Dans une interview du HuffPost Live mercredi, les fondateurs Ben Cohen et Jerry Greenfield ont laissé entendre qu'ils seraient ouverts à un niveau d'expérimentation plus élevé à l'avenir – en particulier, ils envisageraient de faire une crème glacée au cannabis si les obstacles juridiques étaient supprimés.

"C'est logique pour moi", a déclaré Cohen à l'animatrice Alyona Minkovski d'un ton neutre. "Combinez vos plaisirs."

Greenfield semblait un peu plus hésitant, mais il ne l'a pas exclu.

"Ben et moi avons déjà eu des expériences avec des substances, et je pense que la légalisation de la marijuana est une chose merveilleuse", a-t-il déclaré. "Ce n'est pas ma décision. Si c'était ma décision, je le ferais, mais heureusement, nous avons des têtes plus sages dans l'entreprise qui comprennent ces choses."

Inscrivez-vous ici pour Live Today, le nouvel e-mail du matin du HuffPost Live qui vous permettra de connaître les journalistes, les célébrités et les politiciens qui nous ont rejoint ce jour-là et vous donnera les meilleurs clips de la veille !


10 faits délicieux sur le cimetière des saveurs de Ben & Jerry's

Lorsque les glaciers brillants et heureux de Ben & Jerry's décident d'arrêter votre saveur préférée, vous pouvez faire deux choses : vous plaindre ou rendre hommage à votre pinte préférée au cimetière des saveurs de l'entreprise.

Ce qui a commencé comme une ode en ligne uniquement aux pintes chèrement disparues de la société basée à Waterbury, dans le Vermont (alias "le depinted") en 1995 est devenu une véritable attraction touristique en direct. Situé au calme sur une colline derrière l'usine Ben & Jerry's, une visite du cimetière des saveurs peut être effectuée indépendamment d'une visite de l'usine (bien que les visites quotidiennes de 30 minutes se terminent par une dégustation). Nous avons récemment eu la chance de rendre hommage à la liste de pintes à la retraite de la marque et avons appris 10 faits amusants en cours de route.

1. LE CIMETIÈRE DES SAVEURS OUVERT EN 1997

Deux ans après que le Flavour Graveyard a fait ses débuts numériques, le cimetière gourmand a ouvert ses portes au public. Ses premiers résidents officiels sont venus lors d'un enterrement de masse de quatre saveurs : Dastardly Mash (1979-1991), Economic Crunch (1987-1987), Ethan Almond (1988-1988) et Tuskegee Chunk (1989-1990). Aujourd'hui, on estime que jusqu'à 300 000 personnes visitent le cimetière des saveurs chaque année.

2. 31 SAVEURS SONT ACTUELLEMENT « ENTERRÉES » ICI

Ne vous embêtez pas à essayer de déterrer ce qui pourrait être la dernière pinte connue de votre saveur préférée, car il n'y a rien de réellement enterré sur le site lui-même, à moins que, selon un porte-parole de l'entreprise, vous comptiez « des souvenirs chaleureux et une réalité froide ». La soupe de tortue, la crème brûlée et les combustibles fossiles sont ses saveurs les plus récemment enterrées.

3. ETHAN ALMOND EST LE PLUS JEUNE RÉSIDENT

Quand il s'agit de saveurs éphémères, Ethan Almond a battu ses concitoyens. La saveur - crème glacée à la vanille avec des amandes enrobées de chocolat - n'a même jamais été vendue sous forme de pinte. Il s'agissait d'une saveur en vrac, créée spécifiquement pour l'ouverture du musée Ethan Allen Homestead de Burlington, dans le Vermont, en 1987.

4. ARACHIDES ! POPCORN! ET LE CONFORT AU CHOCOLAT N'A PAS DUREE LONGTEMPS NON PLUS

Bien que ces deux saveurs se soient retrouvées sur les tablettes des épiceries—Chocolate Comfort en 1999 et Peanuts! Pop corn! en 2000, tous deux ont été inhumés moins d'un an après leur libération.

5. LES PIERRES TÊTES SONT EN RÉSINE, POUR L'INSTANT

Bien que toutes les pierres tombales du cimetière aient été initialement faites de résine, le granit devient le matériau de choix de l'entreprise. Et ils remplacent lentement toutes les pierres tombales d'origine au rythme de "quelques-unes" par an, selon un porte-parole de l'entreprise.

6. CHAQUE SAVEUR A UNE PETITE ÉPITAPHE INTELLIGENTE

C'est le travail de l'un des rédacteurs internes de Ben & amp Jerry de rendre hommage à la liste croissante des saveurs à la retraite avec quelques lignes poétiques sur le passage de la saveur. Sugar Plum, par exemple : "Ça tournait dans nos têtes, ça dansait dans nos rêves, ça s'est avéré ne pas être pourtant, la meilleure des glaces."

7. LA SAUCE ONDULÉE ET LE CRUNCH DE LA FORÊT TROPICALE SONT PLEINEMENT MANQUÉS

Bien qu'ils aient récemment réorganisé leur site Web, les amateurs de crème glacée à la recherche d'une saveur particulière à la retraite pouvaient auparavant faire entendre leur voix en votant pour les pintes qu'ils voulaient le plus voir ressusciter. Deux des plus gros votants ? Sauce ondulée et croquant de forêt tropicale.

8. LE RUSSE BLANC EST UN ZOMBIE

Après une décennie de fortes ventes, Ben & Jerry's a dû à contrecœur prendre sa retraite White Russian en 1996, mais pas parce qu'il n'était pas populaire. Le coût de l'arôme de type Kahlua utilisé dans sa production est devenu trop prohibitif. Mais les clients ont parlé et White Russian a finalement été ressuscité, mais uniquement dans les Scoop Shops (désolé les clients des épiceries).

9. SAINT CANNOLI A AUSSI TROUVÉ UNE AUTRE VIE

Bien que Holy Cannoli n'ait passé qu'un an dans les rayons, le tollé du public après sa retraite a été suffisamment fort pour que les fabricants d'arômes de l'entreprise aient décidé de revoir l'idée, mais de modifier sa recette. En 2012, ils ont sorti une nouvelle version de la saveur – simplement appelée Cannoli – en lot limité, notant sur leur page Facebook : « Nous avons déjà fait une saveur de cannoli avec de la ricotta et ça a explosé. Il s'appelait Saint Cannoli. Il s'agit d'une nouvelle version et nous pensons qu'il a meilleur goût que Holy Cannoli. Nous espérons que vous aussi ! (C'était peut-être les pistaches.)

10. ECONOMIC CRUNCH A LA VALEUR DE SON NOM

Le lendemain du krach boursier du 6 novembre 1987, Ben & amp Jerry’s a envoyé un camion à Wall Street et a commencé à distribuer des boules de crème glacée Economic Crunch aux courtiers et aux banquiers d’investissement. Le camion était garé illégalement, ce qui n'a pas plu au NYPD. Mais l'entreprise était déterminée à terminer le travail : chaque fois qu'on demandait au conducteur de bouger, il faisait le tour du pâté de maisons, se garait à nouveau dans le même espace et continuait à ramasser.


Comment Ben & Jerry a été racheté sans se vendre

Lorsque les gens entendent le nom « Ben and Jerry's », ils pensent à trois choses : d'abord, la crème glacée de haute qualité, lourde sur les mélanges et la matière grasse du beurre, ensuite, les noms de saveurs criblés de jeux de mots tels que Cherry Garcia, Karamel Sutra ou Americone Dream et troisièmement, les missions sociales, environnementales et de justice d'entreprise de longue date de l'entreprise.

Mais lorsque les co-fondateurs Ben Cohen et Jerry Greenfield ont accepté de vendre l'entreprise en 2000 à Unilever, un géant multinational de l'alimentation, de nombreuses personnes s'attendaient à ce que ces missions ne survivent pas. À un degré remarquable, ils se sont trompés.

Dans une récente interview avec Katherine Klein, vice-doyenne de la Wharton Social Impact Initiative, l'actuel PDG de Ben & Jerry's Jostein Solheim a expliqué comment la société de crème glacée a réussi à conserver ses missions sociales d'origine, malgré son absorption par Unilever.

Une transcription modifiée de la conversation apparaît ci-dessous.

Catherine Klein : Nous sommes ici pour parler de la mission sociale de l'entreprise et de la façon dont vous l'avez maintenue alors même que Ben & Jerry’s fait désormais partie d'Unilever.

Jostein Solheim : Ben & Jerry’s a maintenant 36 ans en tant qu'entreprise dirigée par une mission. Je pense que l'élément clé dans toute la transition vers un seul actionnaire à partir de plusieurs actionnaires était une structure de gouvernance qui a été mise en place. Unilever a été très visionnaire en reconnaissant qu'il était écrit "Ben & Jerry" sur l'emballage. Si Ben et Jerry sortent et disent : « Eh bien, tout cela n'est plus vraiment vrai et [la justice sociale] n'est plus une mission de l'entreprise », cela saperait vraiment la valeur de l'acquisition.

Klein : Unilever a donc acquis Ben & Jerry’s en 2000, et c'était une entreprise où la mission sociale était ancrée dans la marque.

Solheim : Cela fait partie intégrante de notre façon de faire des affaires.

Klein : Et Unilever l'a vu et ses investisseurs l'ont vu dès le début, et ont vu la valeur ?

Solheim : Oui. C'est pourquoi eux et le conseil d'administration alors en place ont convenu de mettre en place un conseil d'administration indépendant qui agit essentiellement comme le directeur de notre société de bienfaisance. Ils sont responsables de la mission sociale, de l'intégrité de la marque Ben & Jerry’s, de nos politiques. Ils s'impliquent même dans des choses de base comme la fixation des salaires dans les usines, où nous avons une politique salariale viable qui est supervisée par le conseil d'administration. Et les réalisateurs s'auto-sélectionnent. Unilever ne nomme que deux sièges sur 11 membres du conseil d'administration.

Klein : Fascinant. Et tellement inhabituel.

Solheim : Très.

Klein : Vous avez fait carrière dans la crème glacée chez Unilever avant d'entrer il y a cinq ans en tant que PDG de Ben & Jerry’s. Comment s'est passée la transition de la plus grande entité d'Unilever à cette entreprise à mission différente et intéressante ?

"C'est très difficile d'être en colère et de manger de la glace en même temps. Il est très tentant de s'arrêter et de signer une pétition, s'il y a de la crème glacée gratuite.

Solheim : Je ne sais pas si cette transition a été plus difficile pour eux ou pour moi. Mais Unilever en tant qu'entreprise est très alignée dans ses valeurs. Il y a en fait beaucoup de diversité en termes de styles de gestion, de personnalités. Il a une histoire de beaucoup d'autonomie dans ses hauts dirigeants, donc ce n'était pas un contraste très frappant. Vous savez, j'ai travaillé en Italie, j'ai travaillé en Suède — la culture de Ben & Jerry’s est en fait similaire à celle des entreprises scandinaves typiques. C'est une approche plate et non hiérarchique des affaires. La chose la plus importante pour moi était que je ressentais un grand sens des responsabilités.

Klein : Ben Cohen et Jerry Greenfield sont-ils restés impliqués ?

Solheim : Oui, ils sont impliqués, mais ils font plus de leurs propres choses. Ils ont les meilleurs emplois du monde. Leur travail est d'être Ben et d'être Jerry, et en gros, ils n'ont qu'à tenir le coup. Day-to-day operations are really in the hands of the management team and the board of directors.

Klein: Ben & Jerry’s describes itself as a values-driven company. You celebrate your social, environmental governance values on the website. Can you tell us how that plays out in action? How do you move from words to deeds?

[email protected] High School

Solheim: Well, I think that’s the key point. A lot of companies would say they’re consumer-led, whether that’s in product development or in a mission. Similarly, when companies come to the world of corporate social responsibility, they ask themselves, ‘What do people really care about? And how can we be a part of that?’ At Ben & Jerry’s, we come at it the other way. We actually ask ourselves, ‘What do we truly believe in — us?’ And then we execute well, because we truly believe in it, and hence, convince others to join us. So that’s what we mean by that: It starts with our values, and then we apply and join in movements with other partners to make change.

Klein: So talk to us about some of those specific values and how they are enacted through your products, through your employment practices and partnerships.

Solheim: We can take one we just won. Let’s take same-sex marriage. That came on the agenda in the 1980s at Ben & Jerry’s. Ben & Jerry’s was one of the first companies to offer same-sex partners the same rights — health care, etc.

When that started to come into the public domain and become a debate, it was very clear for the company — we couldn’t just say, “You’re OK if you’re at Ben & Jerry’s, but if you’re not, you’re not.” So it was very natural for the employees to join in and campaign for same-sex marriage. Then, as we grew bigger, we scaled that campaign up. And now, we finished in the U.S. with the Supreme Court decision this year.

We also won in Ireland. We put it on the map in Australia, in France — in multiple countries where this comes up. It’s something that we believe in. We don’t do an assessment if this position is popular or unpopular. When we started a same-sex marriage campaign in Australia, not a single political party there supported same-sex marriage. Everybody came to us, saying “What are you doing? You shouldn’t do this.” Well, sorry, this is something we really believe in.

Klein: You’ve had individual employees involved in these campaigns. But Ben & Jerry’s as a company, is it active as a major donor, or leading campaigns?

Solheim: The amazing thing is that selling ice cream and running campaigns [use] the same set of skills. You want to get people’s attention, you need social media, you need events. And one great thing that we have, of course, is ice cream. It’s very hard to be angry and eat ice cream at the same time. It’s very tempting to stop and sign a petition, if there’s free ice cream. So ice cream plays a really important role in how we connect with our fans.

We treat those campaigns in exactly the same way as we would treat a new product launch.

Klein: And sometimes they actually appear on your products, right?

Solheim: “I Dough, I Dough” was our celebration of the same-sex marriage act.

We just launched a product, “Save Our Swirled,” which is in support of a binding climate agreement in Paris, where the U.N. [held talks]. We launched that with Tesla out on the West Coast. And then, we launched a European version in Bonn … inside the climate negotiations at the U.N. So we had the opportunity to feed all those people who are trying to work this out for us.

“We have a livable wage policy that is overseen by the board of directors.”

Klein: You actually use ice cream as a metaphor for global warming, right?

Solheim: Correct. We show what ice cream looks like if it’s just two degrees warmer. It’s a bit of a mess.

Klein: It’s a fabulous metaphor: This is what happens to your ice cream after two degrees [and] what happens to the world if it’s warmer by two degrees.

Are there instances where you as a CEO, or as a company, have said, “Yeah, we care about that issue, but we can’t go there. That’s too hot, that’s too controversial”?

Solheim: There are many issues where we’ve had to say we can’t go there, not necessarily because they’re too hot or too controversial, more because we don’t judge that we have a real ability to make an impact, or that we are prepared. You know, we believe you’ve got to walk the walk — not just talk. So we want to align our internal programs with the external campaigning.

There are issues that come up that are important — legitimate issues — but we haven’t built an internal program. So we’ll start that, and then join in. But controversy is not something that scares us. Maybe it should, but it doesn’t. We were the only corporation to support Occupy Wall Street at Zuccotti Park, which was a surprise to them, as well. And you know, nothing bad really happened to our business as a result of that.

Klein: We’d like to hope in the social impact space that companies can actually achieve a positive financial return and a social return on investment, and on social impact strategies. What’s your sense of how this pays off or doesn’t pay off for Ben & Jerry’s? I mean, it sounds terribly crass, but is there money to be made through corporate social responsibility in this kind of values-driven company?

Solheim: There is. There is because people want to make a difference with … actions and activities that they can do. What you buy and how you buy it is a big part of your everyday life, and increasingly, consumers are saying, “I don’t want to waste my money on products that don’t try to make a difference.”

Now there’s a lot of “greenwashing” out there, so people are rightly skeptical and demand real evidence, and [validation from] some other authorities, so they’re not just relying on what a company says. But it’s the fastest-growing area of fast-moving consumer goods by far: Socially responsible companies are making up 60% of the growth in fast-moving consumer goods in developed markets. If you look at a Nielsen study that just came out, which was across 14 countries, what you’re seeing is the rate of change is really picking up. In 2013, 50% of respondents said that they would pay more for a socially responsible product. Today, that’s already at 66% and accelerating. And obviously, a big driver of that is our wonderful millennials.

Klein: Do you see this as something that any company can do? Ben & Jerry’s could be criticized on some level for the healthiness of its ice cream. I’m thinking of other products that we may look at and say, “That’s not a healthy product, that’s not a product that’s good for the environment.” And yet, can any company find ways to live this mission?

Solheim: Absolument. Not every company will become an activist company or a campaigning company like Ben & Jerry’s. I wouldn’t think that’s appropriate for every company. But every company can make those decisions that optimize their social impact and their business impact in any industry, anywhere, that benefits their employees, their communities, the environment — whichever constituents that they address. I don’t think that this is something unique to specific companies.

On the healthy vs. non-healthy products, in good products and bad products — for us, it’s all about transparency. I always say when you’re tucking into a Ben & Jerry’s and you’re on a diet, you know there are no hidden calories here — they’re right there for you to enjoy. And the world needs all sorts of different things to function. But I think transparency is critical. People should understand what they’re trying to get into, and we shouldn’t try to fool people. We shouldn’t have hidden sugars or hidden fats.

“We were the only corporation to support Occupy Wall Street at Zuccotti Park, which was a surprise to them, as well.”

It’s got to be transparent and open. It goes the same for all other industries. So again, I think it’s hard to say, “Oh, I’m in this business and this product, hence, I can’t have a social impact strategy.”

Klein: As you think about the social impact that Ben & Jerry’s has had and the places where you’ve tried to make a difference — I’m particularly interested in your own operations, whether this is your supply chain, your HR practices — can you talk to us about something that you’re particularly proud of — perhaps something relatively recent — and then, areas where you say, “We haven’t cracked this nut, we still have work to do in this area”?

Solheim: We did an assessment around what are the really big and important issues [to us] and … [after] a lot of internal discussion, it was very clear to us that there were two big topics that we needed to address over the next to five to 10 years and that’s climate and climate justice and inequality.

Racial and income … inequities that we’re seeing are creating such a tension in society, it’s hard even to operate businesses. … So we’ve embraced these two topics and what I’m the most proud of is just to see how our teams, our partners, embrace it and scale and throw themselves into making a difference. That’s probably what makes me the most proud.

What we haven’t cracked is, how do you reduce your carbon footprint by 80%? There’s a lot noise out there [about] a way [of doing business] that will be carbon neutral — well, the carbon footprint of a business goes end to end. It starts on a farm and finishes with the waste product. And you need to take responsibility for the whole thing — we need to reduce that by 80%. Fifty percent of our carbon footprint is in ingredients.

Klein: On the inequity/inequality front, maybe two questions. What is the connection you’re seeing between business success and inequality? What is that negative relationship you are seeing? And how might you take action in this space?

Solheim: That’s typically the first question you get when you’re getting involved in structural racism and some of these other deep-rooted social issues — and what’s in it for a business. If you actually look at the correlation of success, of economic success and inequality, it is highly correlated. We have an inherent value and belief that a society where everybody is treated justly and equally is just a better community to be in. It maps out very nicely, as well, in terms of economic opportunity and success.

It comes from our human values it comes from the values we have in our company. But we also see those communities thriving and doing better and being better for our business. Climate justice is about climate change, but it’s also about the fact that poor people, disadvantaged people, get hurt first. The wealthy can move, they can shift around the poor cannot. That has an equity component in it. But as we’re moving into the next phase, for us, we have to recognize that we’re a terribly white company. You know, we come from Vermont, and Vermont is 96% white.

We’ve had to do a lot of work in our company to really, really understand it. And we’ve partnered with a whole host of different, amazing partners, we’ve had a lot of NGOs and activists that have taken their time and invested in us to get a better understanding of this.

I think 2016 will be exciting. It’s an election year, it’s a great opportunity to rearrange the lighting [and] get a disproportionate impact on certain key issues like voter rights and minority participation in our democracy.


Voir la vidéo: 10 Scénarios de Fin du Monde (Août 2022).