Recettes de cocktails, spiritueux et bars locaux

Des inspecteurs de la santé trouvent des cafards et des aliments « potentiellement dangereux » à bord de deux navires de croisière de luxe

Des inspecteurs de la santé trouvent des cafards et des aliments « potentiellement dangereux » à bord de deux navires de croisière de luxe

Les inspecteurs fédéraux de la santé ont attribué une note d'échec à deux navires de croisière appartenant à Carnival Corp. après avoir trouvé des cafards, des espaces de cuisine sales et des aliments «potentiellement dangereux» à bord.

Le mois dernier, les inspecteurs du CDC ont trouvé des cuisines avec du coulis souillé, divers restes d'insectes dans tout le navire et des aliments « potentiellement » dangereux sur l'Oceana, qui appartient à la filiale de Carnival P&O Cruises basée au Royaume-Uni. La température d'un réfrigérateur utilisé pour conserver le fromage s'est avérée trop élevée, ce qui pourrait entraîner une détérioration plus rapide.

Le revêtement a reçu une note d'échec de 82 sur 100-85 ou plus est nécessaire pour réussir. Les inspecteurs de la santé ont également fermé la piscine du navire après avoir trouvé des niveaux insuffisants de chlore, selon le rapport qui a été publié le 1er avril.

Un autre navire P&O, l'Oriana, qui est légèrement plus petit que l'Oceana, a obtenu un score de 90 mais a été marqué pour plusieurs problèmes, notamment des ustensiles mal rangés qui ont été trouvés non protégés par un pare-haleine temporaire et trois cafards vivants rampant dans les zones où la nourriture est préparé ou conservé.

En janvier, un cuisinier à bord de l'Oriana a commencé à éprouver des problèmes gastro-intestinaux mais a continué à travailler dans la cuisine sans signaler ses symptômes pendant plusieurs heures. Le rapport réprimandait l'employé pour ne pas avoir signalé ses symptômes plus tôt.

Une porte-parole de la Cruise Lines International Association (CLIA) a indiqué que les passagers doivent assumer la responsabilité de la propagation de maladies comme le norovirus, mais le rapport soulève des inquiétudes quant au rôle que jouent les normes sanitaires pour les employés dans la propagation ou la prévention des maladies sur les grands navires.

"Le processus commence avant même qu'un navire ne quitte le port, y compris le contrôle des passagers pour toute maladie qu'ils ont pu contracter à terre", a déclaré Elinore Boeke de CLIA. « On rappelle également aux passagers de se laver les mains régulièrement, comme les gens devraient le faire à terre, et des désinfectants pour les mains sont situés dans tout un navire. »

À la suite de la publication du rapport, P&O Cruises s'est dit "extrêmement déçu" par les résultats de l'inspection. La porte-parole du carnaval, Michele Andiel, a déclaré à Fortune que la ligne avait "immédiatement rectifié les zones identifiées comme nécessitant une attention".

Dans une industrie qui se targue de la propreté, les résultats de l'inspection CDC sont inhabituels. Seuls quatre autres navires de croisière ont échoué à une inspection du CDC depuis 2008.

P&O n'a pas encore soumis de plan d'action décrivant comment il prévoit de résoudre les problèmes. La société exploite actuellement un total de sept navires de croisière.

Cet article a été initialement publié le 6 avril 2016


Histoire de la quarantaine

La pratique de la quarantaine, telle que nous la connaissons, a commencé au 14ème siècle dans le but de protéger les villes côtières des épidémies de peste. Les navires arrivant à Venise en provenance de ports infectés devaient rester au mouillage pendant 40 jours avant d'atterrir. Cette pratique, appelée quarantaine, est dérivée des mots italiens mise en quarantaine giorni ce qui signifie 40 jours.

Quarantaine américaine précoce

Lors de la création des États-Unis, peu de mesures ont été prises pour empêcher l'importation de maladies infectieuses. La protection contre les maladies importées relevait de la juridiction locale et étatique. Les municipalités individuelles ont adopté une variété de règlements de quarantaine pour les navires à l'arrivée.

Les gouvernements des États et locaux ont fait des tentatives sporadiques pour imposer des exigences de quarantaine. Les épidémies continues de fièvre jaune ont finalement incité le Congrès à adopter une législation fédérale sur la quarantaine en 1878. Cette législation, sans être en conflit avec les droits des États, a ouvert la voie à une implication fédérale dans les activités de quarantaine.

Les agents du service de santé publique des États-Unis, comme ceux montrés sur cette image prise vers 1912, portaient des uniformes lorsqu'ils effectuaient des tâches de station de quarantaine à partir de la fin du XIXe siècle. Photo reproduite avec l'aimable autorisation de la Bibliothèque nationale de médecine.

Fin du 19e siècle

Des épidémies de choléra provenant de navires à passagers arrivant d'Europe ont incité une réinterprétation de la loi en 1892 pour donner au gouvernement fédéral plus d'autorité pour imposer des exigences de quarantaine. L'année suivante, le Congrès a adopté une loi clarifiant davantage le rôle fédéral dans les activités de quarantaine. Au fur et à mesure que les autorités locales se rendaient compte des avantages de la participation fédérale, les stations de quarantaine locales ont été progressivement remises au gouvernement américain. Des installations fédérales supplémentaires ont été construites et le nombre d'employés a été augmenté pour offrir une meilleure couverture. Le système de quarantaine a été entièrement nationalisé en 1921 lorsque l'administration de la dernière station de quarantaine a été transférée au gouvernement américain.

Loi sur le service de santé publique

La Public Health Service Act de 1944 a clairement établi pour la première fois l’autorité de quarantaine du gouvernement fédéral. La loi a confié au Service de santé publique des États-Unis (PHS) la responsabilité de prévenir l'introduction, la transmission et la propagation de maladies transmissibles de pays étrangers aux États-Unis.

Réorganisation et expansion

Ce navire de coupe PHS a été utilisé pour transporter les inspecteurs de quarantaine à bord des navires battant pavillon jaune de quarantaine. Le drapeau a été hissé jusqu'à ce que le personnel de quarantaine et des douanes inspecte et autorise le navire à accoster au port.

Ce navire de coupe PHS a été utilisé pour transporter les inspecteurs de quarantaine à bord des navires battant pavillon jaune de quarantaine. Le drapeau a été hissé jusqu'à ce que le personnel de quarantaine et des douanes inspecte et autorise le navire à accoster au port.

Faisant à l'origine partie du département du Trésor, la quarantaine et la quarantaine, son organisation mère, sont devenues une partie de l'Agence fédérale de sécurité en 1939. En 1953, la PHS et la quarantaine ont rejoint le ministère de la Santé, de l'Éducation et du Bien-être (HEW). La quarantaine a ensuite été transférée à l'agence maintenant connue sous le nom de Centers for Disease Control and Prevention (CDC) en 1967. CDC est resté partie de HEW jusqu'en 1980, date à laquelle le département a été réorganisé en ministère de la Santé et des Services sociaux.

Lorsque le CDC a assumé la responsabilité de la quarantaine, il s'agissait d'une grande organisation avec 55 stations de quarantaine et plus de 500 membres du personnel. Des stations de quarantaine étaient situées dans chaque port, aéroport international et poste frontalier majeur.

De l'inspection à l'intervention

Après avoir évalué le programme de quarantaine et son rôle dans la prévention de la transmission des maladies, le CDC a réduit le programme dans les années 1970 et a changé d'orientation, passant de l'inspection de routine à la gestion et à l'intervention du programme. Le nouvel objectif comprenait un système de surveillance amélioré pour surveiller l'apparition d'épidémies à l'étranger et un processus d'inspection modernisé pour répondre aux besoins changeants du trafic international.

En 1995, tous les ports d'entrée américains étaient couverts par seulement sept stations de quarantaine. Une station a été ajoutée en 1996 à Atlanta, en Géorgie, juste avant que la ville n'accueille les Jeux olympiques d'été de 1996. À la suite de l'épidémie de syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) de 2003, le CDC a réorganisé le système de stations de quarantaine, l'étendant à 18 stations avec plus de 90 employés sur le terrain.

Mettre en quarantaine maintenant

La Division de la migration mondiale et de la quarantaine fait partie du Centre national des CDC pour les maladies infectieuses émergentes et zoonotiques et a son siège à Atlanta. Les stations de quarantaine sont situées à Anchorage, Atlanta, Boston, Chicago, Dallas, Detroit, El Paso, Honolulu, Houston, Los Angeles, Miami, Minneapolis, New York, Newark, Philadelphie, San Diego, San Francisco, San Juan, Seattle et Washington DC

En vertu de son autorité déléguée, la Division de la migration mondiale et de la quarantaine est habilitée à détenir, examiner médicalement ou libérer sous condition des individus et des animaux sauvages soupçonnés d'être porteurs d'une maladie transmissible.

Des panneaux comme celui-ci, pour la station de quarantaine d'El Paso, identifient les installations de la station de quarantaine situées dans les aéroports et aux postes frontaliers terrestres.

La liste des maladies quarantenaires est contenue dans un décret présidentiel et comprend le choléra, la diphtérie, la tuberculose infectieuse, la peste, la variole, la fièvre jaune, les fièvres hémorragiques virales (telles que Marburg, Ebola et Congo-Crimée) et les maladies respiratoires aiguës sévères. syndromes.

De nombreuses autres maladies importantes pour la santé publique, telles que la rougeole, les oreillons, la rubéole et la varicelle, ne figurent pas sur la liste des maladies quarantenaires, mais continuent de présenter un risque pour la santé du public. Le personnel de la station de quarantaine répond aux signalements de voyageurs malades à bord d'avions, de navires et aux postes frontaliers terrestres pour évaluer le risque pour la santé publique et initier une réponse appropriée.


Histoire de la quarantaine

La pratique de la quarantaine, telle que nous la connaissons, a commencé au 14ème siècle dans le but de protéger les villes côtières des épidémies de peste. Les navires arrivant à Venise en provenance de ports infectés devaient rester au mouillage pendant 40 jours avant d'atterrir. Cette pratique, appelée quarantaine, est dérivée des mots italiens mise en quarantaine giorni ce qui signifie 40 jours.

Quarantaine américaine précoce

Lors de la création des États-Unis, peu de mesures ont été prises pour empêcher l'importation de maladies infectieuses. La protection contre les maladies importées relevait de la juridiction locale et étatique. Les municipalités individuelles ont adopté une variété de règlements de quarantaine pour les navires à l'arrivée.

Les gouvernements étatiques et locaux ont fait des tentatives sporadiques pour imposer des exigences de quarantaine. Les épidémies continues de fièvre jaune ont finalement incité le Congrès à adopter une législation fédérale sur la quarantaine en 1878. Cette législation, sans être en conflit avec les droits des États, a ouvert la voie à une implication fédérale dans les activités de quarantaine.

Les agents du service de santé publique des États-Unis, comme ceux montrés sur cette image prise vers 1912, portaient des uniformes lorsqu'ils effectuaient des tâches de station de quarantaine à partir de la fin du XIXe siècle. Photo publiée avec l'aimable autorisation de la Bibliothèque nationale de médecine.

Fin du 19e siècle

Des épidémies de choléra provenant de navires à passagers arrivant d'Europe ont incité une réinterprétation de la loi en 1892 pour donner au gouvernement fédéral plus d'autorité pour imposer des exigences de quarantaine. L'année suivante, le Congrès a adopté une loi clarifiant davantage le rôle fédéral dans les activités de quarantaine. Au fur et à mesure que les autorités locales se rendaient compte des avantages de la participation fédérale, les stations de quarantaine locales ont été progressivement remises au gouvernement américain. Des installations fédérales supplémentaires ont été construites et le nombre d'employés a été augmenté pour offrir une meilleure couverture. Le système de quarantaine a été entièrement nationalisé en 1921 lorsque l'administration de la dernière station de quarantaine a été transférée au gouvernement américain.

Loi sur le service de santé publique

La Public Health Service Act de 1944 a clairement établi pour la première fois l’autorité de quarantaine du gouvernement fédéral. La loi a confié au Service de santé publique des États-Unis (PHS) la responsabilité de prévenir l'introduction, la transmission et la propagation de maladies transmissibles de pays étrangers aux États-Unis.

Réorganisation et expansion

Ce navire de coupe PHS a été utilisé pour transporter les inspecteurs de quarantaine à bord des navires battant pavillon jaune de quarantaine. Le drapeau a été hissé jusqu'à ce que le personnel de quarantaine et des douanes inspecte et autorise le navire à accoster au port.

Ce navire de coupe PHS a été utilisé pour transporter les inspecteurs de quarantaine à bord des navires battant pavillon jaune de quarantaine. Le drapeau a été hissé jusqu'à ce que le personnel de quarantaine et des douanes inspecte et autorise le navire à accoster au port.

Faisant à l'origine partie du département du Trésor, la quarantaine et la quarantaine, son organisation mère, sont devenues une partie de l'Agence fédérale de sécurité en 1939. En 1953, la PHS et la quarantaine ont rejoint le ministère de la Santé, de l'Éducation et du Bien-être (HEW). La quarantaine a ensuite été transférée à l'agence maintenant connue sous le nom de Centers for Disease Control and Prevention (CDC) en 1967. CDC est resté partie de HEW jusqu'en 1980, date à laquelle le département a été réorganisé en ministère de la Santé et des Services sociaux.

Lorsque le CDC a assumé la responsabilité de la quarantaine, il s'agissait d'une grande organisation avec 55 stations de quarantaine et plus de 500 membres du personnel. Des stations de quarantaine étaient situées dans chaque port, aéroport international et poste frontalier majeur.

De l'inspection à l'intervention

Après avoir évalué le programme de quarantaine et son rôle dans la prévention de la transmission des maladies, le CDC a réduit le programme dans les années 1970 et a changé d'orientation, passant de l'inspection de routine à la gestion et à l'intervention du programme. Le nouvel objectif comprenait un système de surveillance amélioré pour surveiller l'apparition d'épidémies à l'étranger et un processus d'inspection modernisé pour répondre aux besoins changeants du trafic international.

En 1995, tous les ports d'entrée américains étaient couverts par seulement sept stations de quarantaine. Une station a été ajoutée en 1996 à Atlanta, en Géorgie, juste avant que la ville n'accueille les Jeux olympiques d'été de 1996. À la suite de l'épidémie de syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) de 2003, le CDC a réorganisé le système de stations de quarantaine, l'étendant à 18 stations avec plus de 90 employés sur le terrain.

Mettre en quarantaine maintenant

La Division de la migration mondiale et de la quarantaine fait partie du Centre national des CDC pour les maladies infectieuses émergentes et zoonotiques et a son siège à Atlanta. Les stations de quarantaine sont situées à Anchorage, Atlanta, Boston, Chicago, Dallas, Detroit, El Paso, Honolulu, Houston, Los Angeles, Miami, Minneapolis, New York, Newark, Philadelphie, San Diego, San Francisco, San Juan, Seattle et Washington DC

En vertu de son autorité déléguée, la Division de la migration mondiale et de la quarantaine est habilitée à détenir, examiner médicalement ou libérer sous condition des individus et des animaux sauvages soupçonnés d'être porteurs d'une maladie transmissible.

Des panneaux comme celui-ci, pour la station de quarantaine d'El Paso, identifient les installations de la station de quarantaine situées dans les aéroports et aux postes frontaliers terrestres.

La liste des maladies quarantenaires est contenue dans un décret présidentiel et comprend le choléra, la diphtérie, la tuberculose infectieuse, la peste, la variole, la fièvre jaune, les fièvres hémorragiques virales (telles que Marburg, Ebola et Congo-Crimée) et les maladies respiratoires aiguës sévères. syndromes.

De nombreuses autres maladies importantes pour la santé publique, telles que la rougeole, les oreillons, la rubéole et la varicelle, ne figurent pas sur la liste des maladies quarantenaires, mais continuent de présenter un risque pour la santé publique. Le personnel de la station de quarantaine répond aux signalements de voyageurs malades à bord d'avions, de navires et aux postes frontaliers terrestres pour évaluer le risque pour la santé publique et initier une réponse appropriée.


Histoire de la quarantaine

La pratique de la quarantaine, telle que nous la connaissons, a commencé au 14ème siècle dans le but de protéger les villes côtières des épidémies de peste. Les navires arrivant à Venise en provenance de ports infectés devaient rester au mouillage pendant 40 jours avant d'atterrir. Cette pratique, appelée quarantaine, est dérivée des mots italiens mise en quarantaine giorni ce qui signifie 40 jours.

Quarantaine américaine précoce

Lors de la création des États-Unis, peu de mesures ont été prises pour empêcher l'importation de maladies infectieuses. La protection contre les maladies importées relevait de la juridiction locale et étatique. Les municipalités individuelles ont adopté une variété de règlements de quarantaine pour les navires à l'arrivée.

Les gouvernements des États et locaux ont fait des tentatives sporadiques pour imposer des exigences de quarantaine. Les épidémies continues de fièvre jaune ont finalement incité le Congrès à adopter une législation fédérale sur la quarantaine en 1878. Cette législation, sans être en conflit avec les droits des États, a ouvert la voie à une implication fédérale dans les activités de quarantaine.

Les agents du service de santé publique des États-Unis, comme ceux montrés sur cette image prise vers 1912, portaient des uniformes lorsqu'ils effectuaient des tâches de station de quarantaine à partir de la fin du XIXe siècle. Photo publiée avec l'aimable autorisation de la Bibliothèque nationale de médecine.

Fin du 19e siècle

Des épidémies de choléra provenant de navires à passagers arrivant d'Europe ont incité une réinterprétation de la loi en 1892 pour donner au gouvernement fédéral plus d'autorité pour imposer des exigences de quarantaine. L'année suivante, le Congrès a adopté une loi clarifiant davantage le rôle fédéral dans les activités de quarantaine. Au fur et à mesure que les autorités locales se rendaient compte des avantages de la participation fédérale, les stations de quarantaine locales ont été progressivement remises au gouvernement américain. Des installations fédérales supplémentaires ont été construites et le nombre d'employés a été augmenté pour offrir une meilleure couverture. Le système de quarantaine a été entièrement nationalisé en 1921 lorsque l'administration de la dernière station de quarantaine a été transférée au gouvernement américain.

Loi sur le service de santé publique

La Public Health Service Act de 1944 a clairement établi pour la première fois l’autorité de quarantaine du gouvernement fédéral. La loi a confié au Service de santé publique des États-Unis (PHS) la responsabilité de prévenir l'introduction, la transmission et la propagation de maladies transmissibles de pays étrangers aux États-Unis.

Réorganisation et expansion

Ce navire de coupe PHS a été utilisé pour transporter les inspecteurs de quarantaine à bord des navires battant pavillon jaune de quarantaine. Le drapeau a été hissé jusqu'à ce que le personnel de quarantaine et des douanes inspecte et autorise le navire à accoster au port.

Ce navire de coupe PHS a été utilisé pour transporter les inspecteurs de quarantaine à bord des navires battant pavillon jaune de quarantaine. Le drapeau a été hissé jusqu'à ce que le personnel de quarantaine et des douanes inspecte et autorise le navire à accoster au port.

Faisant à l'origine partie du département du Trésor, la quarantaine et la quarantaine, son organisation mère, sont devenues une partie de l'Agence fédérale de sécurité en 1939. En 1953, la PHS et la quarantaine ont rejoint le ministère de la Santé, de l'Éducation et du Bien-être (HEW). La quarantaine a ensuite été transférée à l'agence maintenant connue sous le nom de Centers for Disease Control and Prevention (CDC) en 1967. CDC est resté partie de HEW jusqu'en 1980, date à laquelle le département a été réorganisé en ministère de la Santé et des Services sociaux.

Lorsque le CDC a assumé la responsabilité de la quarantaine, il s'agissait d'une grande organisation avec 55 stations de quarantaine et plus de 500 membres du personnel. Des stations de quarantaine étaient situées dans chaque port, aéroport international et poste frontalier majeur.

De l'inspection à l'intervention

Après avoir évalué le programme de quarantaine et son rôle dans la prévention de la transmission des maladies, le CDC a réduit le programme dans les années 1970 et a changé d'orientation, passant de l'inspection de routine à la gestion et à l'intervention du programme. Le nouvel objectif comprenait un système de surveillance amélioré pour surveiller l'apparition d'épidémies à l'étranger et un processus d'inspection modernisé pour répondre aux besoins changeants du trafic international.

En 1995, tous les ports d'entrée américains n'étaient couverts que par sept stations de quarantaine. Une station a été ajoutée en 1996 à Atlanta, en Géorgie, juste avant que la ville n'accueille les Jeux olympiques d'été de 1996. À la suite de l'épidémie de syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) de 2003, le CDC a réorganisé le système de stations de quarantaine, l'étendant à 18 stations avec plus de 90 employés sur le terrain.

Mettre en quarantaine maintenant

La Division de la migration mondiale et de la quarantaine fait partie du Centre national des CDC pour les maladies infectieuses émergentes et zoonotiques et a son siège à Atlanta. Les stations de quarantaine sont situées à Anchorage, Atlanta, Boston, Chicago, Dallas, Detroit, El Paso, Honolulu, Houston, Los Angeles, Miami, Minneapolis, New York, Newark, Philadelphie, San Diego, San Francisco, San Juan, Seattle et Washington DC

En vertu de son autorité déléguée, la Division de la migration mondiale et de la quarantaine est habilitée à détenir, examiner médicalement ou libérer sous condition des individus et des animaux sauvages soupçonnés d'être porteurs d'une maladie transmissible.

Des panneaux comme celui-ci, pour la station de quarantaine d'El Paso, identifient les installations de la station de quarantaine situées dans les aéroports et aux postes frontaliers terrestres.

La liste des maladies quarantenaires est contenue dans un décret présidentiel et comprend le choléra, la diphtérie, la tuberculose infectieuse, la peste, la variole, la fièvre jaune, les fièvres hémorragiques virales (telles que Marburg, Ebola et Congo-Crimée) et les maladies respiratoires aiguës sévères. syndromes.

De nombreuses autres maladies importantes pour la santé publique, telles que la rougeole, les oreillons, la rubéole et la varicelle, ne figurent pas sur la liste des maladies quarantenaires, mais continuent de présenter un risque pour la santé publique. Le personnel de la station de quarantaine répond aux signalements de voyageurs malades à bord d'avions, de navires et aux postes frontaliers terrestres pour évaluer le risque pour la santé publique et initier une réponse appropriée.


Histoire de la quarantaine

La pratique de la quarantaine, telle que nous la connaissons, a commencé au 14ème siècle dans le but de protéger les villes côtières des épidémies de peste. Les navires arrivant à Venise en provenance de ports infectés devaient rester au mouillage pendant 40 jours avant d'atterrir. Cette pratique, appelée quarantaine, est dérivée des mots italiens mise en quarantaine giorni ce qui signifie 40 jours.

Quarantaine américaine précoce

Lors de la création des États-Unis, peu de mesures ont été prises pour empêcher l'importation de maladies infectieuses. La protection contre les maladies importées relevait de la juridiction locale et étatique. Les municipalités individuelles ont adopté une variété de règlements de quarantaine pour les navires à l'arrivée.

Les gouvernements des États et locaux ont fait des tentatives sporadiques pour imposer des exigences de quarantaine. Les épidémies continues de fièvre jaune ont finalement incité le Congrès à adopter une législation fédérale sur la quarantaine en 1878. Cette législation, sans être en conflit avec les droits des États, a ouvert la voie à une implication fédérale dans les activités de quarantaine.

Les agents du service de santé publique des États-Unis, comme ceux montrés sur cette image prise vers 1912, portaient des uniformes lorsqu'ils effectuaient des tâches de station de quarantaine à partir de la fin du XIXe siècle. Photo reproduite avec l'aimable autorisation de la Bibliothèque nationale de médecine.

Fin du 19e siècle

Des épidémies de choléra provenant de navires à passagers arrivant d'Europe ont incité une réinterprétation de la loi en 1892 pour donner au gouvernement fédéral plus d'autorité pour imposer des exigences de quarantaine. L'année suivante, le Congrès a adopté une loi clarifiant davantage le rôle fédéral dans les activités de quarantaine. Au fur et à mesure que les autorités locales se rendaient compte des avantages de la participation fédérale, les stations de quarantaine locales ont été progressivement remises au gouvernement américain. Des installations fédérales supplémentaires ont été construites et le nombre d'employés a été augmenté pour offrir une meilleure couverture. Le système de quarantaine a été entièrement nationalisé en 1921 lorsque l'administration de la dernière station de quarantaine a été transférée au gouvernement américain.

Loi sur le service de santé publique

La Public Health Service Act de 1944 a clairement établi pour la première fois l’autorité de quarantaine du gouvernement fédéral. La loi a confié au Service de santé publique des États-Unis (PHS) la responsabilité de prévenir l'introduction, la transmission et la propagation de maladies transmissibles de pays étrangers aux États-Unis.

Réorganisation et expansion

Ce navire de coupe PHS a été utilisé pour transporter les inspecteurs de quarantaine à bord des navires battant pavillon jaune de quarantaine. Le drapeau a été hissé jusqu'à ce que le personnel de quarantaine et des douanes inspecte et autorise le navire à accoster au port.

Ce navire de coupe PHS a été utilisé pour transporter les inspecteurs de quarantaine à bord des navires battant pavillon jaune de quarantaine. Le drapeau a été hissé jusqu'à ce que le personnel de quarantaine et des douanes inspecte et autorise le navire à accoster au port.

Faisant à l'origine partie du département du Trésor, la quarantaine et la quarantaine, son organisation mère, sont devenues une partie de l'Agence fédérale de sécurité en 1939. En 1953, la PHS et la quarantaine ont rejoint le ministère de la Santé, de l'Éducation et du Bien-être (HEW). La quarantaine a ensuite été transférée à l'agence maintenant connue sous le nom de Centers for Disease Control and Prevention (CDC) en 1967. CDC est resté partie de HEW jusqu'en 1980, date à laquelle le département a été réorganisé en ministère de la Santé et des Services sociaux.

Lorsque le CDC a assumé la responsabilité de la quarantaine, il s'agissait d'une grande organisation avec 55 stations de quarantaine et plus de 500 membres du personnel. Des stations de quarantaine étaient situées dans chaque port, aéroport international et poste frontalier majeur.

De l'inspection à l'intervention

Après avoir évalué le programme de quarantaine et son rôle dans la prévention de la transmission des maladies, le CDC a réduit le programme dans les années 1970 et a changé d'orientation, passant de l'inspection de routine à la gestion et à l'intervention du programme. Le nouvel objectif comprenait un système de surveillance amélioré pour surveiller l'apparition d'épidémies à l'étranger et un processus d'inspection modernisé pour répondre aux besoins changeants du trafic international.

En 1995, tous les ports d'entrée américains n'étaient couverts que par sept stations de quarantaine. Une station a été ajoutée en 1996 à Atlanta, en Géorgie, juste avant que la ville n'accueille les Jeux olympiques d'été de 1996. À la suite de l'épidémie de syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) de 2003, le CDC a réorganisé le système de stations de quarantaine, l'étendant à 18 stations avec plus de 90 employés sur le terrain.

Mettre en quarantaine maintenant

La Division de la migration mondiale et de la quarantaine fait partie du Centre national des CDC pour les maladies infectieuses émergentes et zoonotiques et a son siège à Atlanta. Les stations de quarantaine sont situées à Anchorage, Atlanta, Boston, Chicago, Dallas, Detroit, El Paso, Honolulu, Houston, Los Angeles, Miami, Minneapolis, New York, Newark, Philadelphie, San Diego, San Francisco, San Juan, Seattle et Washington DC

En vertu de son autorité déléguée, la Division de la migration mondiale et de la quarantaine est habilitée à détenir, examiner médicalement ou libérer sous condition des individus et des animaux sauvages soupçonnés d'être porteurs d'une maladie transmissible.

Des panneaux comme celui-ci, pour la station de quarantaine d'El Paso, identifient les installations de la station de quarantaine situées dans les aéroports et aux postes frontaliers terrestres.

La liste des maladies quarantenaires est contenue dans un décret présidentiel et comprend le choléra, la diphtérie, la tuberculose infectieuse, la peste, la variole, la fièvre jaune, les fièvres hémorragiques virales (telles que Marburg, Ebola et Congo-Crimée) et les maladies respiratoires aiguës sévères. syndromes.

De nombreuses autres maladies importantes pour la santé publique, telles que la rougeole, les oreillons, la rubéole et la varicelle, ne figurent pas sur la liste des maladies quarantenaires, mais continuent de présenter un risque pour la santé du public. Le personnel de la station de quarantaine répond aux signalements de voyageurs malades à bord d'avions, de navires et aux postes frontaliers terrestres pour évaluer le risque pour la santé publique et initier une réponse appropriée.


Histoire de la quarantaine

La pratique de la quarantaine, telle que nous la connaissons, a commencé au 14ème siècle dans le but de protéger les villes côtières des épidémies de peste. Les navires arrivant à Venise en provenance de ports infectés devaient rester au mouillage pendant 40 jours avant d'atterrir. Cette pratique, appelée quarantaine, est dérivée des mots italiens mise en quarantaine giorni ce qui signifie 40 jours.

Quarantaine américaine précoce

Lors de la création des États-Unis, peu de mesures ont été prises pour empêcher l'importation de maladies infectieuses. La protection contre les maladies importées relevait de la juridiction locale et étatique. Les municipalités individuelles ont adopté une variété de règlements de quarantaine pour les navires à l'arrivée.

Les gouvernements étatiques et locaux ont fait des tentatives sporadiques pour imposer des exigences de quarantaine. Les épidémies continues de fièvre jaune ont finalement incité le Congrès à adopter une législation fédérale sur la quarantaine en 1878. Cette législation, sans être en conflit avec les droits des États, a ouvert la voie à une implication fédérale dans les activités de quarantaine.

Les agents du service de santé publique des États-Unis, comme ceux montrés sur cette image prise vers 1912, portaient des uniformes lorsqu'ils effectuaient des tâches de station de quarantaine à partir de la fin du XIXe siècle. Photo publiée avec l'aimable autorisation de la Bibliothèque nationale de médecine.

Fin du 19e siècle

Des épidémies de choléra provenant de navires à passagers arrivant d'Europe ont incité une réinterprétation de la loi en 1892 pour donner au gouvernement fédéral plus d'autorité pour imposer des exigences de quarantaine. L'année suivante, le Congrès a adopté une loi clarifiant davantage le rôle fédéral dans les activités de quarantaine. Au fur et à mesure que les autorités locales se rendaient compte des avantages de la participation fédérale, les stations de quarantaine locales ont été progressivement remises au gouvernement américain. Des installations fédérales supplémentaires ont été construites et le nombre d'employés a été augmenté pour offrir une meilleure couverture. Le système de quarantaine a été entièrement nationalisé en 1921 lorsque l'administration de la dernière station de quarantaine a été transférée au gouvernement américain.

Loi sur le service de santé publique

La Public Health Service Act de 1944 a clairement établi pour la première fois l’autorité de quarantaine du gouvernement fédéral. La loi a confié au Service de santé publique des États-Unis (PHS) la responsabilité de prévenir l'introduction, la transmission et la propagation de maladies transmissibles de pays étrangers aux États-Unis.

Réorganisation et expansion

Ce navire de coupe PHS a été utilisé pour transporter les inspecteurs de quarantaine à bord des navires battant pavillon jaune de quarantaine. Le drapeau a été hissé jusqu'à ce que le personnel de quarantaine et des douanes inspecte et autorise le navire à accoster au port.

Ce navire de coupe PHS a été utilisé pour transporter les inspecteurs de quarantaine à bord des navires battant pavillon jaune de quarantaine. Le drapeau a été hissé jusqu'à ce que le personnel de quarantaine et des douanes inspecte et autorise le navire à accoster au port.

Faisant à l'origine partie du département du Trésor, la quarantaine et la quarantaine, son organisation mère, sont devenues une partie de l'Agence fédérale de sécurité en 1939. En 1953, la PHS et la quarantaine ont rejoint le ministère de la Santé, de l'Éducation et du Bien-être (HEW). La quarantaine a ensuite été transférée à l'agence maintenant connue sous le nom de Centers for Disease Control and Prevention (CDC) en 1967. CDC est resté partie de HEW jusqu'en 1980, date à laquelle le département a été réorganisé en ministère de la Santé et des Services sociaux.

Lorsque le CDC a assumé la responsabilité de la quarantaine, il s'agissait d'une grande organisation avec 55 stations de quarantaine et plus de 500 membres du personnel. Des stations de quarantaine étaient situées dans chaque port, aéroport international et poste frontalier majeur.

De l'inspection à l'intervention

Après avoir évalué le programme de quarantaine et son rôle dans la prévention de la transmission des maladies, le CDC a réduit le programme dans les années 1970 et a changé d'orientation, passant de l'inspection de routine à la gestion et à l'intervention du programme. Le nouvel objectif comprenait un système de surveillance amélioré pour surveiller l'apparition d'épidémies à l'étranger et un processus d'inspection modernisé pour répondre aux besoins changeants du trafic international.

En 1995, tous les ports d'entrée américains étaient couverts par seulement sept stations de quarantaine. Une station a été ajoutée en 1996 à Atlanta, en Géorgie, juste avant que la ville n'accueille les Jeux olympiques d'été de 1996. À la suite de l'épidémie de syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) de 2003, le CDC a réorganisé le système de stations de quarantaine, l'étendant à 18 stations avec plus de 90 employés sur le terrain.

Mettre en quarantaine maintenant

La Division de la migration mondiale et de la quarantaine fait partie du Centre national des CDC pour les maladies infectieuses émergentes et zoonotiques et a son siège à Atlanta. Quarantine stations are located in Anchorage, Atlanta, Boston, Chicago, Dallas, Detroit, El Paso, Honolulu, Houston, Los Angeles, Miami, Minneapolis, New York, Newark, Philadelphia, San Diego, San Francisco, San Juan, Seattle, and Washington, D.C.

Under its delegated authority, the Division of Global Migration and Quarantine is empowered to detain, medically examine, or conditionally release individuals and wildlife suspected of carrying a communicable disease.

Signs like this one, for the El Paso Quarantine Station, identify the Quarantine Station facilities located in airports and at land border crossings.

The list of quarantinable diseases is contained in an Executive Order of the President and includes cholera, diphtheria, infectious tuberculosis, plague, smallpox, yellow fever, viral hemorrhagic fevers(such as Marburg, Ebola, and Congo-Crimean), and severe acute respiratory syndromes.

Many other illnesses of public health significance, such as measles, mumps, rubella, and chicken pox, are not contained in the list of quarantinable illnesses, but continue to pose a health risk to the public. Quarantine Station personnel respond to reports of ill travelers aboard airplanes, ships, and at land border crossings to make an assessment of the public health risk and initiate an appropriate response.


History of Quarantine

The practice of quarantine, as we know it, began during the 14th century in an effort to protect coastal cities from plague epidemics. Ships arriving in Venice from infected ports were required to sit at anchor for 40 days before landing. This practice, called quarantine, was derived from the Italian words quaranta giorni which mean 40 days.

Early American Quarantine

When the United States was first established, little was done to prevent the importation of infectious diseases. Protection against imported diseases fell under local and state jurisdiction. Individual municipalities enacted a variety of quarantine regulations for arriving vessels.

State and local governments made sporadic attempts to impose quarantine requirements. Continued outbreaks of yellow fever finally prompted Congress to pass federal quarantine legislation in 1878. This legislation, while not conflicting with states’ rights, paved the way for federal involvement in quarantine activities.

U.S. Public Health Service Officers, like those shown in this image taken circa 1912, wore uniforms while performing quarantine station duties beginning in the late 19th Century. Photo courtesy of the National Library of Medicine.

Late 19th Century

Outbreaks of cholera from passenger ships arriving from Europe prompted a reinterpretation of the law in 1892 to provide the federal government more authority in imposing quarantine requirements. The following year, Congress passed legislation that further clarified the federal role in quarantine activities. As local authorities came to realize the benefits of federal involvement, local quarantine stations were gradually turned over to the U.S. government. Additional federal facilities were built and the number of staff was increased to provide better coverage. The quarantine system was fully nationalized by 1921 when administration of the last quarantine station was transferred to the U.S. government.

Public Health Service Act

The Public Health Service Act of 1944 clearly established the federal government’s quarantine authority for the first time. The act gave the U.S. Public Health Service (PHS) responsibility for preventing the introduction, transmission, and spread of communicable diseases from foreign countries into the United States.

Reorganization and Expansion

This PHS cutter ship was used to transport quarantine inspectors to board ships flying the yellow quarantine flag. The flag was flown until quarantine and customs personnel inspected and cleared the ship to dock at the port.

This PHS cutter ship was used to transport quarantine inspectors to board ships flying the yellow quarantine flag. The flag was flown until quarantine and customs personnel inspected and cleared the ship to dock at the port.

Originally part of the Treasury Department, Quarantine and PHS, its parent organization, became part of the Federal Security Agency in 1939. In 1953, PHS and Quarantine joined the Department of Health, Education, and Welfare (HEW). Quarantine was then transferred to the agency now known as the Centers for Disease Control and Prevention (CDC) in 1967. CDC remained part of HEW until 1980 when the department was reorganized into the Department of Health and Human Services.

When CDC assumed responsibility for Quarantine, it was a large organization with 55 quarantine stations and more than 500 staff members. Quarantine stations were located at every port, international airport, and major border crossing.

From Inspection to Intervention

After evaluating the quarantine program and its role in preventing disease transmission, CDC trimmed the program in the 1970s and changed its focus from routine inspection to program management and intervention. The new focus included an enhanced surveillance system to monitor the onset of epidemics abroad and a modernized inspection process to meet the changing needs of international traffic.

By 1995, all U.S. ports of entry were covered by only seven quarantine stations. A station was added in 1996 in Atlanta, Georgia, just before the city hosted the 1996 Summer Olympic Games. Following the severe acute respiratory syndrome (SARS) epidemic of 2003, CDC reorganized the quarantine station system, expanding to 18 stations with more than 90 field employees.

Quarantine Now

The Division of Global Migration and Quarantine is part of CDC’s National Center for Emerging and Zoonotic Infectious Diseases and is headquartered in Atlanta. Quarantine stations are located in Anchorage, Atlanta, Boston, Chicago, Dallas, Detroit, El Paso, Honolulu, Houston, Los Angeles, Miami, Minneapolis, New York, Newark, Philadelphia, San Diego, San Francisco, San Juan, Seattle, and Washington, D.C.

Under its delegated authority, the Division of Global Migration and Quarantine is empowered to detain, medically examine, or conditionally release individuals and wildlife suspected of carrying a communicable disease.

Signs like this one, for the El Paso Quarantine Station, identify the Quarantine Station facilities located in airports and at land border crossings.

The list of quarantinable diseases is contained in an Executive Order of the President and includes cholera, diphtheria, infectious tuberculosis, plague, smallpox, yellow fever, viral hemorrhagic fevers(such as Marburg, Ebola, and Congo-Crimean), and severe acute respiratory syndromes.

Many other illnesses of public health significance, such as measles, mumps, rubella, and chicken pox, are not contained in the list of quarantinable illnesses, but continue to pose a health risk to the public. Quarantine Station personnel respond to reports of ill travelers aboard airplanes, ships, and at land border crossings to make an assessment of the public health risk and initiate an appropriate response.


History of Quarantine

The practice of quarantine, as we know it, began during the 14th century in an effort to protect coastal cities from plague epidemics. Ships arriving in Venice from infected ports were required to sit at anchor for 40 days before landing. This practice, called quarantine, was derived from the Italian words quaranta giorni which mean 40 days.

Early American Quarantine

When the United States was first established, little was done to prevent the importation of infectious diseases. Protection against imported diseases fell under local and state jurisdiction. Individual municipalities enacted a variety of quarantine regulations for arriving vessels.

State and local governments made sporadic attempts to impose quarantine requirements. Continued outbreaks of yellow fever finally prompted Congress to pass federal quarantine legislation in 1878. This legislation, while not conflicting with states’ rights, paved the way for federal involvement in quarantine activities.

U.S. Public Health Service Officers, like those shown in this image taken circa 1912, wore uniforms while performing quarantine station duties beginning in the late 19th Century. Photo courtesy of the National Library of Medicine.

Late 19th Century

Outbreaks of cholera from passenger ships arriving from Europe prompted a reinterpretation of the law in 1892 to provide the federal government more authority in imposing quarantine requirements. The following year, Congress passed legislation that further clarified the federal role in quarantine activities. As local authorities came to realize the benefits of federal involvement, local quarantine stations were gradually turned over to the U.S. government. Additional federal facilities were built and the number of staff was increased to provide better coverage. The quarantine system was fully nationalized by 1921 when administration of the last quarantine station was transferred to the U.S. government.

Public Health Service Act

The Public Health Service Act of 1944 clearly established the federal government’s quarantine authority for the first time. The act gave the U.S. Public Health Service (PHS) responsibility for preventing the introduction, transmission, and spread of communicable diseases from foreign countries into the United States.

Reorganization and Expansion

This PHS cutter ship was used to transport quarantine inspectors to board ships flying the yellow quarantine flag. The flag was flown until quarantine and customs personnel inspected and cleared the ship to dock at the port.

This PHS cutter ship was used to transport quarantine inspectors to board ships flying the yellow quarantine flag. The flag was flown until quarantine and customs personnel inspected and cleared the ship to dock at the port.

Originally part of the Treasury Department, Quarantine and PHS, its parent organization, became part of the Federal Security Agency in 1939. In 1953, PHS and Quarantine joined the Department of Health, Education, and Welfare (HEW). Quarantine was then transferred to the agency now known as the Centers for Disease Control and Prevention (CDC) in 1967. CDC remained part of HEW until 1980 when the department was reorganized into the Department of Health and Human Services.

When CDC assumed responsibility for Quarantine, it was a large organization with 55 quarantine stations and more than 500 staff members. Quarantine stations were located at every port, international airport, and major border crossing.

From Inspection to Intervention

After evaluating the quarantine program and its role in preventing disease transmission, CDC trimmed the program in the 1970s and changed its focus from routine inspection to program management and intervention. The new focus included an enhanced surveillance system to monitor the onset of epidemics abroad and a modernized inspection process to meet the changing needs of international traffic.

By 1995, all U.S. ports of entry were covered by only seven quarantine stations. A station was added in 1996 in Atlanta, Georgia, just before the city hosted the 1996 Summer Olympic Games. Following the severe acute respiratory syndrome (SARS) epidemic of 2003, CDC reorganized the quarantine station system, expanding to 18 stations with more than 90 field employees.

Quarantine Now

The Division of Global Migration and Quarantine is part of CDC’s National Center for Emerging and Zoonotic Infectious Diseases and is headquartered in Atlanta. Quarantine stations are located in Anchorage, Atlanta, Boston, Chicago, Dallas, Detroit, El Paso, Honolulu, Houston, Los Angeles, Miami, Minneapolis, New York, Newark, Philadelphia, San Diego, San Francisco, San Juan, Seattle, and Washington, D.C.

Under its delegated authority, the Division of Global Migration and Quarantine is empowered to detain, medically examine, or conditionally release individuals and wildlife suspected of carrying a communicable disease.

Signs like this one, for the El Paso Quarantine Station, identify the Quarantine Station facilities located in airports and at land border crossings.

The list of quarantinable diseases is contained in an Executive Order of the President and includes cholera, diphtheria, infectious tuberculosis, plague, smallpox, yellow fever, viral hemorrhagic fevers(such as Marburg, Ebola, and Congo-Crimean), and severe acute respiratory syndromes.

Many other illnesses of public health significance, such as measles, mumps, rubella, and chicken pox, are not contained in the list of quarantinable illnesses, but continue to pose a health risk to the public. Quarantine Station personnel respond to reports of ill travelers aboard airplanes, ships, and at land border crossings to make an assessment of the public health risk and initiate an appropriate response.


History of Quarantine

The practice of quarantine, as we know it, began during the 14th century in an effort to protect coastal cities from plague epidemics. Ships arriving in Venice from infected ports were required to sit at anchor for 40 days before landing. This practice, called quarantine, was derived from the Italian words quaranta giorni which mean 40 days.

Early American Quarantine

When the United States was first established, little was done to prevent the importation of infectious diseases. Protection against imported diseases fell under local and state jurisdiction. Individual municipalities enacted a variety of quarantine regulations for arriving vessels.

State and local governments made sporadic attempts to impose quarantine requirements. Continued outbreaks of yellow fever finally prompted Congress to pass federal quarantine legislation in 1878. This legislation, while not conflicting with states’ rights, paved the way for federal involvement in quarantine activities.

U.S. Public Health Service Officers, like those shown in this image taken circa 1912, wore uniforms while performing quarantine station duties beginning in the late 19th Century. Photo courtesy of the National Library of Medicine.

Late 19th Century

Outbreaks of cholera from passenger ships arriving from Europe prompted a reinterpretation of the law in 1892 to provide the federal government more authority in imposing quarantine requirements. The following year, Congress passed legislation that further clarified the federal role in quarantine activities. As local authorities came to realize the benefits of federal involvement, local quarantine stations were gradually turned over to the U.S. government. Additional federal facilities were built and the number of staff was increased to provide better coverage. The quarantine system was fully nationalized by 1921 when administration of the last quarantine station was transferred to the U.S. government.

Public Health Service Act

The Public Health Service Act of 1944 clearly established the federal government’s quarantine authority for the first time. The act gave the U.S. Public Health Service (PHS) responsibility for preventing the introduction, transmission, and spread of communicable diseases from foreign countries into the United States.

Reorganization and Expansion

This PHS cutter ship was used to transport quarantine inspectors to board ships flying the yellow quarantine flag. The flag was flown until quarantine and customs personnel inspected and cleared the ship to dock at the port.

This PHS cutter ship was used to transport quarantine inspectors to board ships flying the yellow quarantine flag. The flag was flown until quarantine and customs personnel inspected and cleared the ship to dock at the port.

Originally part of the Treasury Department, Quarantine and PHS, its parent organization, became part of the Federal Security Agency in 1939. In 1953, PHS and Quarantine joined the Department of Health, Education, and Welfare (HEW). Quarantine was then transferred to the agency now known as the Centers for Disease Control and Prevention (CDC) in 1967. CDC remained part of HEW until 1980 when the department was reorganized into the Department of Health and Human Services.

When CDC assumed responsibility for Quarantine, it was a large organization with 55 quarantine stations and more than 500 staff members. Quarantine stations were located at every port, international airport, and major border crossing.

From Inspection to Intervention

After evaluating the quarantine program and its role in preventing disease transmission, CDC trimmed the program in the 1970s and changed its focus from routine inspection to program management and intervention. The new focus included an enhanced surveillance system to monitor the onset of epidemics abroad and a modernized inspection process to meet the changing needs of international traffic.

By 1995, all U.S. ports of entry were covered by only seven quarantine stations. A station was added in 1996 in Atlanta, Georgia, just before the city hosted the 1996 Summer Olympic Games. Following the severe acute respiratory syndrome (SARS) epidemic of 2003, CDC reorganized the quarantine station system, expanding to 18 stations with more than 90 field employees.

Quarantine Now

The Division of Global Migration and Quarantine is part of CDC’s National Center for Emerging and Zoonotic Infectious Diseases and is headquartered in Atlanta. Quarantine stations are located in Anchorage, Atlanta, Boston, Chicago, Dallas, Detroit, El Paso, Honolulu, Houston, Los Angeles, Miami, Minneapolis, New York, Newark, Philadelphia, San Diego, San Francisco, San Juan, Seattle, and Washington, D.C.

Under its delegated authority, the Division of Global Migration and Quarantine is empowered to detain, medically examine, or conditionally release individuals and wildlife suspected of carrying a communicable disease.

Signs like this one, for the El Paso Quarantine Station, identify the Quarantine Station facilities located in airports and at land border crossings.

The list of quarantinable diseases is contained in an Executive Order of the President and includes cholera, diphtheria, infectious tuberculosis, plague, smallpox, yellow fever, viral hemorrhagic fevers(such as Marburg, Ebola, and Congo-Crimean), and severe acute respiratory syndromes.

Many other illnesses of public health significance, such as measles, mumps, rubella, and chicken pox, are not contained in the list of quarantinable illnesses, but continue to pose a health risk to the public. Quarantine Station personnel respond to reports of ill travelers aboard airplanes, ships, and at land border crossings to make an assessment of the public health risk and initiate an appropriate response.


History of Quarantine

The practice of quarantine, as we know it, began during the 14th century in an effort to protect coastal cities from plague epidemics. Ships arriving in Venice from infected ports were required to sit at anchor for 40 days before landing. This practice, called quarantine, was derived from the Italian words quaranta giorni which mean 40 days.

Early American Quarantine

When the United States was first established, little was done to prevent the importation of infectious diseases. Protection against imported diseases fell under local and state jurisdiction. Individual municipalities enacted a variety of quarantine regulations for arriving vessels.

State and local governments made sporadic attempts to impose quarantine requirements. Continued outbreaks of yellow fever finally prompted Congress to pass federal quarantine legislation in 1878. This legislation, while not conflicting with states’ rights, paved the way for federal involvement in quarantine activities.

U.S. Public Health Service Officers, like those shown in this image taken circa 1912, wore uniforms while performing quarantine station duties beginning in the late 19th Century. Photo courtesy of the National Library of Medicine.

Late 19th Century

Outbreaks of cholera from passenger ships arriving from Europe prompted a reinterpretation of the law in 1892 to provide the federal government more authority in imposing quarantine requirements. The following year, Congress passed legislation that further clarified the federal role in quarantine activities. As local authorities came to realize the benefits of federal involvement, local quarantine stations were gradually turned over to the U.S. government. Additional federal facilities were built and the number of staff was increased to provide better coverage. The quarantine system was fully nationalized by 1921 when administration of the last quarantine station was transferred to the U.S. government.

Public Health Service Act

The Public Health Service Act of 1944 clearly established the federal government’s quarantine authority for the first time. The act gave the U.S. Public Health Service (PHS) responsibility for preventing the introduction, transmission, and spread of communicable diseases from foreign countries into the United States.

Reorganization and Expansion

This PHS cutter ship was used to transport quarantine inspectors to board ships flying the yellow quarantine flag. The flag was flown until quarantine and customs personnel inspected and cleared the ship to dock at the port.

This PHS cutter ship was used to transport quarantine inspectors to board ships flying the yellow quarantine flag. The flag was flown until quarantine and customs personnel inspected and cleared the ship to dock at the port.

Originally part of the Treasury Department, Quarantine and PHS, its parent organization, became part of the Federal Security Agency in 1939. In 1953, PHS and Quarantine joined the Department of Health, Education, and Welfare (HEW). Quarantine was then transferred to the agency now known as the Centers for Disease Control and Prevention (CDC) in 1967. CDC remained part of HEW until 1980 when the department was reorganized into the Department of Health and Human Services.

When CDC assumed responsibility for Quarantine, it was a large organization with 55 quarantine stations and more than 500 staff members. Quarantine stations were located at every port, international airport, and major border crossing.

From Inspection to Intervention

After evaluating the quarantine program and its role in preventing disease transmission, CDC trimmed the program in the 1970s and changed its focus from routine inspection to program management and intervention. The new focus included an enhanced surveillance system to monitor the onset of epidemics abroad and a modernized inspection process to meet the changing needs of international traffic.

By 1995, all U.S. ports of entry were covered by only seven quarantine stations. A station was added in 1996 in Atlanta, Georgia, just before the city hosted the 1996 Summer Olympic Games. Following the severe acute respiratory syndrome (SARS) epidemic of 2003, CDC reorganized the quarantine station system, expanding to 18 stations with more than 90 field employees.

Quarantine Now

The Division of Global Migration and Quarantine is part of CDC’s National Center for Emerging and Zoonotic Infectious Diseases and is headquartered in Atlanta. Quarantine stations are located in Anchorage, Atlanta, Boston, Chicago, Dallas, Detroit, El Paso, Honolulu, Houston, Los Angeles, Miami, Minneapolis, New York, Newark, Philadelphia, San Diego, San Francisco, San Juan, Seattle, and Washington, D.C.

Under its delegated authority, the Division of Global Migration and Quarantine is empowered to detain, medically examine, or conditionally release individuals and wildlife suspected of carrying a communicable disease.

Signs like this one, for the El Paso Quarantine Station, identify the Quarantine Station facilities located in airports and at land border crossings.

The list of quarantinable diseases is contained in an Executive Order of the President and includes cholera, diphtheria, infectious tuberculosis, plague, smallpox, yellow fever, viral hemorrhagic fevers(such as Marburg, Ebola, and Congo-Crimean), and severe acute respiratory syndromes.

Many other illnesses of public health significance, such as measles, mumps, rubella, and chicken pox, are not contained in the list of quarantinable illnesses, but continue to pose a health risk to the public. Quarantine Station personnel respond to reports of ill travelers aboard airplanes, ships, and at land border crossings to make an assessment of the public health risk and initiate an appropriate response.


History of Quarantine

The practice of quarantine, as we know it, began during the 14th century in an effort to protect coastal cities from plague epidemics. Ships arriving in Venice from infected ports were required to sit at anchor for 40 days before landing. This practice, called quarantine, was derived from the Italian words quaranta giorni which mean 40 days.

Early American Quarantine

When the United States was first established, little was done to prevent the importation of infectious diseases. Protection against imported diseases fell under local and state jurisdiction. Individual municipalities enacted a variety of quarantine regulations for arriving vessels.

State and local governments made sporadic attempts to impose quarantine requirements. Continued outbreaks of yellow fever finally prompted Congress to pass federal quarantine legislation in 1878. This legislation, while not conflicting with states’ rights, paved the way for federal involvement in quarantine activities.

U.S. Public Health Service Officers, like those shown in this image taken circa 1912, wore uniforms while performing quarantine station duties beginning in the late 19th Century. Photo courtesy of the National Library of Medicine.

Late 19th Century

Outbreaks of cholera from passenger ships arriving from Europe prompted a reinterpretation of the law in 1892 to provide the federal government more authority in imposing quarantine requirements. The following year, Congress passed legislation that further clarified the federal role in quarantine activities. As local authorities came to realize the benefits of federal involvement, local quarantine stations were gradually turned over to the U.S. government. Additional federal facilities were built and the number of staff was increased to provide better coverage. The quarantine system was fully nationalized by 1921 when administration of the last quarantine station was transferred to the U.S. government.

Public Health Service Act

The Public Health Service Act of 1944 clearly established the federal government’s quarantine authority for the first time. The act gave the U.S. Public Health Service (PHS) responsibility for preventing the introduction, transmission, and spread of communicable diseases from foreign countries into the United States.

Reorganization and Expansion

This PHS cutter ship was used to transport quarantine inspectors to board ships flying the yellow quarantine flag. The flag was flown until quarantine and customs personnel inspected and cleared the ship to dock at the port.

This PHS cutter ship was used to transport quarantine inspectors to board ships flying the yellow quarantine flag. The flag was flown until quarantine and customs personnel inspected and cleared the ship to dock at the port.

Originally part of the Treasury Department, Quarantine and PHS, its parent organization, became part of the Federal Security Agency in 1939. In 1953, PHS and Quarantine joined the Department of Health, Education, and Welfare (HEW). Quarantine was then transferred to the agency now known as the Centers for Disease Control and Prevention (CDC) in 1967. CDC remained part of HEW until 1980 when the department was reorganized into the Department of Health and Human Services.

When CDC assumed responsibility for Quarantine, it was a large organization with 55 quarantine stations and more than 500 staff members. Quarantine stations were located at every port, international airport, and major border crossing.

From Inspection to Intervention

After evaluating the quarantine program and its role in preventing disease transmission, CDC trimmed the program in the 1970s and changed its focus from routine inspection to program management and intervention. The new focus included an enhanced surveillance system to monitor the onset of epidemics abroad and a modernized inspection process to meet the changing needs of international traffic.

By 1995, all U.S. ports of entry were covered by only seven quarantine stations. A station was added in 1996 in Atlanta, Georgia, just before the city hosted the 1996 Summer Olympic Games. Following the severe acute respiratory syndrome (SARS) epidemic of 2003, CDC reorganized the quarantine station system, expanding to 18 stations with more than 90 field employees.

Quarantine Now

The Division of Global Migration and Quarantine is part of CDC’s National Center for Emerging and Zoonotic Infectious Diseases and is headquartered in Atlanta. Quarantine stations are located in Anchorage, Atlanta, Boston, Chicago, Dallas, Detroit, El Paso, Honolulu, Houston, Los Angeles, Miami, Minneapolis, New York, Newark, Philadelphia, San Diego, San Francisco, San Juan, Seattle, and Washington, D.C.

Under its delegated authority, the Division of Global Migration and Quarantine is empowered to detain, medically examine, or conditionally release individuals and wildlife suspected of carrying a communicable disease.

Signs like this one, for the El Paso Quarantine Station, identify the Quarantine Station facilities located in airports and at land border crossings.

The list of quarantinable diseases is contained in an Executive Order of the President and includes cholera, diphtheria, infectious tuberculosis, plague, smallpox, yellow fever, viral hemorrhagic fevers(such as Marburg, Ebola, and Congo-Crimean), and severe acute respiratory syndromes.

Many other illnesses of public health significance, such as measles, mumps, rubella, and chicken pox, are not contained in the list of quarantinable illnesses, but continue to pose a health risk to the public. Quarantine Station personnel respond to reports of ill travelers aboard airplanes, ships, and at land border crossings to make an assessment of the public health risk and initiate an appropriate response.


Voir la vidéo: Cafards SOS à Bruxelles (Décembre 2021).